×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

La France redécouvre les vertus de l'immigration de travail

Par L'Economiste | Edition N°:1633 Le 29/10/2003 | Partager

. Face au vieillissement de la population, la demande de la main-d'oeuvre étrangère augmenteraLe Conseil économique et social (CES) défend, dans un projet d'avis présenté lundi dernier à la presse, une «immigration maîtrisée et organisée». Il recommande d'autoriser une immigration de travail, un projet mis au vote aujourd'hui mercredi qui pourrait alimenter encore le débat sur ce sujet.Alors que la question du recours aux immigrés pour pallier au vieillissement de la population et à la pénurie de main-d'oeuvre est posée avec acuité dans certains secteurs, ce projet estime que l'immigration «peut contribuer dans les décennies à venir à la croissance économique, au développement de l'emploi, au financement des retraites et de la protection sociale».Présenté par le rapporteur de la Commission spéciale du plan du CES Michel Gevrey, ce projet évoque le risque de pénurie future de compétences, et recommande d'ouvrir les voies légales d'entrée aux immigrants non européens ayant un «projet migratoire», qu'il s'agisse d'une recherche d'emploi ou de l'amélioration de leurs connaissances professionnelles. . Réticences du Medef et du monde agricoleLe projet d'avis a reçu l'aval de la quasi-totalité des formations syndicales mais a été accueilli avec une «assez forte réticence par le Medef, l'artisanat et le monde agricole», selon Michel Gevrey.Actuellement, un étranger originaire d'un pays extérieur à l'Union européenne peut être autorisé à s'installer en France s'il a déjà une offre d'emploi, une possibilité restreinte car il faut prouver qu'aucun Européen n'a postulé à l'emploi revendiqué. Pour faciliter ces candidatures, le CES préconise l'instauration d'un visa à durée définie pour les personnes à la recherche d'un emploi ou ayant un autre projet migratoire.«Une immigration légale, régularisée et contrôlée procure des recettes et diminue les coûts sociaux», affirme Michel Gevrey. Les emplois publics devraient être ouverts aux étrangers, et les exceptions rester limitées. Tout en recommandant de renforcer la lutte contre les réseaux d'immigration illégale, le rapport préconise la régularisation des travailleurs en situation irrégulière présents en France, en suggérant des «formules souples de régularisation», pour éviter le développement de l'économie souterraine.Le CES s'appuie sur une étude de l'INSEE qui préconise une progression de 10.000 nouveaux migrants par an pour atteindre 150.000 en 2010, stabilisée ou non jusqu'en 2020 en fonction de l'évolution de la population active en France.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc