×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La France ne régularisera pas tous les enfants scolarisés sans papiers

Par L'Economiste | Edition N°:2312 Le 05/07/2006 | Partager

. Et ce, en dépit d’un important mouvement de soutien LE ministre français de l’Intérieur Nicolas Sarkozy a déclaré lundi 4 juillet que toutes les familles sans papiers ayant des enfants scolarisés en France ne seront pas régularisées. Et ce, en dépit d’un important mouvement de soutien en leur faveur. Sarkozy, candidat probable du parti de droite UMP à la présidentielle de 2007, a rejeté la responsabilité de la situation actuelle sur les socialistes. «Je veux redire aux Français que s’il y a beaucoup d’enfants de familles sans papiers scolarisés, c’est parce qu’entre 1997 et 2002, les socialistes ont été laxistes et que beaucoup de situations de fait se sont ainsi créées», a affirmé le ministre. «Tout le monde ne sera pas régularisé car les régularisations massives, les socialistes en ont fait quatre ces quinze dernières années, ça n’a jamais réglé le problème», a ajouté Sarkozy qui s’est fixé pour objectif de faire passer le nombre d’expulsions de clandestins de 20.000 en 2005 à 25.000 cette année. «Toutes les familles qui dépendent de la convention de Dublin seront expulsées, toutes les familles qui ont des liens avec la France seront régularisées», a dit Sarkozy. A noter que les familles sans papiers d’enfants scolarisés bénéficiaient d’un sursis à expulsion jusqu’à la fin de l’année scolaire, qui a été prolongé jusqu’au 15 août. L’examen des dossiers a commencé lundi mais est réservé aux familles qui répondent à des critères précis, parmi lesquels la «scolarisation effective» depuis septembre 2005, la naissance en France ou l’arrivée des enfants avant l’âge de 13 ans, ou l’absence de lien entre l’enfant et le pays dont il a la nationalité. Selon le Réseau éducation sans frontières (RESF), entre 50.000 et 100.000 familles sans papiers auraient des enfants scolarisés en France. De nombreuses personnalités et élus ont symboliquement parrainé des enfants expulsables. Par ailleurs, une soixantaine de sans-papiers de Limoges ont décidé d’observer à compter de lundi 3 juillet une grève de la faim afin d’obtenir leur régularisation. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc