×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    La fièvre du jazz s’installe à Tanger

    Par L'Economiste | Edition N°:2785 Le 27/05/2008 | Partager

    . Coup d’envoi ce mercredi de la 9e édition du Tanjazz . De grands noms de la musique et des talents nationaux Comme pour toutes les autres années, la ville de Tanger deviendra à partir de ce mercredi la capitale marocaine du Jazz. C’est à cette date que démarrera la neuvième édition du plus populaire des festivals de Jazz de la région, le Tanjazz qui devra s’achever le 1er juin.En l’espace de quelques années, ce festival lancé par Philippe Lorin, un Tangérois d’adoption, a fini par s’imposer comme la référence dans le domaine, avec une portée au-delà des frontières. Pour cette édition, le Festival ne lésine pas sur les moyens avec une affiche qui vaut le détour. Plus d’une vingtaine d’artistes se partageront la vedette, certains connus du public, d’autres se produisant pour la première fois au Maroc. Chuchito Valdes, en talentueux claviériste, fils de la légende cubaine Chucho Valdes, rythmera le temps d’une nuit les scènes du Tanjazz. Il sera accompagné de Leonel O Zúñiga & Havana Street Band.Un autre poids lourd à l’affiche de ce festival, Boney Fields qui sera accompagné de The Bone’s Project. Fields, trompettiste d’exception doté d’une voix «swingueuse» directement issue des ghettos noirs de Chicago est ici pour rendre hommage à James Brown. Un spectacle qui promet de faire bouger l’assistance. Les «Jazz me Do», incroyable octet belge, donneront le ton avec un remix des grands classiques des Beatles, revus à la sauce Jazzy. Afin de combler les différents goûts, le Festival accueillera l’inclassable Mazagan, initiateur du Chaabi Groove, comme le qualifient les organisateurs. Ils viendront présenter au public leur dernier album, «Y en marre». Après les concerts, des petits lieux d’ambiance seront installés au Palais Moulay Hafid pour continuer la fête entre amis.Différentes formules d’abonnement sont disponibles, avec un billet pour l’ensemble des concerts ou au choix. Le week-end promet d’être bien animé avec une forte présence. Lors de la précédente édition, le virtuose Manu Dibango avait officié au Tanjazz quasiment à guichets fermés. Cette année, le Festival prendra ses quartiers au sein du Palais Moulay Hafid, plus connu comme Palais des institutions italiennes. Plusieurs scènes vont y être aménagées, dédiées aux amateurs du swing et du Rythm & Blues. Pour ratisser large, une scène gratuite sera montée Place des Nations. Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc