×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

La fermentation temporelle d'un fonctionnaire

Par L'Economiste | Edition N°:672 Le 31/12/1999 | Partager

Feuilleton inédit de Réda ALLALI

17ème épisode
Le tour d'après-harira

Résumé des épisodes précédents

Le jeune frère de Kamal, celui qui ne pense qu'à ressembler en tout point aux Backstreet Boys pour sortir une fois par semaine dans la célèbre boîte de Rabat, Amnésia, vient de se faire moucher par son grand-père. El Haj, au lieu de faire chorus en protestant contre les difficultés pour obtenir la Carte Nationale, a donné une sérieuse leçon à ses petits-enfants. Louez le sort, dit-il, car il peut toujours vous arriver pire que ce qui vous arrive.

Lorsqu'on pousse le raisonnement d'El Haj jusqu'au bout, on arrive au résultat suivant: Quelle que soit votre situation, elle est satisfaisante. Il en a même tiré un théorème, base stupéfiante de sa sérénité.
Complètement terrassé et conscient du fait qu'il est rigoureusement impossible de lutter contre une telle argumentation, Ali se lève de table et annonce qu'il va "faire un tour". La balade post-Harira est un rituel auquel se sacrifie une bonne partie de la population des jeûneurs (la seconde partie de la population étant, elle, vautrée sur quelque seddari, dans un état de béatitude dont l'intensité est proportionnelle au nombre de bols ingurgités).
Il convient de faire à ce moment de notre récit un point technique à l'attention de nos lecteurs étrangers. La balade post-harira n'est pas une balade ordinaire. Il s'agit dans de nombreux cas d'une véritable obligation biologique, une exigence du corps humain qui réclame l'aide des lois de la physique pour assurer correctement ses fonctions digestives. La marche devient alors un chemin de croix où le jeûneur, par de petits pas successifs, tente de faire progresser le liquide compact d'une étape à l'autre dans son laborieux parcours gastrique -parcours ponctué de gargouillements et de glouglous divers.
Les rues sont donc rapidement prises d'assaut par une foule qui va arpenter des heures durant en un interminable va et vient les trottoirs (et les chaussées) des boulevards du centre ville.

Prochain épisode, vendredi 31 décembre:

La merveilleuse liberté des jeunes filles

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc