×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

La dégradation des installations d'irrigation par le calcaire: Comment y remédier?Par Mohamed Jerraoui, ingénieur d'agronomie

Par L'Economiste | Edition N°:1429 Le 03/01/2003 | Partager

- L'extension du réseau d'irrigationDepuis les temps les plus reculés, l'homme a toujours cherché grâce à ses innovations nées de son intelligence à améliorer son existence.L'eau constitue à cet égard un facteur prépondérant de bien-être et de développement de l'agriculture, encore faut-il qu'elle soit disponible et en quantité suffisante. Malheureusement, cette eau devient de plus en plus rare même dans les zones supposées à l'abri du besoin en raison du changement du climat très perceptible, ces dernières décennies.D'où la nécessité de la recherche constante de ressources nouvelles pour contrecarrer les effets du climat sec, défavorable pour les productions: l'irrigation devient alors une priorité dans le plan du développement des pays confrontés au caprice du climat.- Le réseau d'arrosage a ses contraintes, et pas des moindres!Le réseau d'arrosage pour être fiable, nécessite un entretien permanent pour le mettre à l'abri de la dégradation des agents naturels comme le calcaire.Il faut se persuader que l'eau dans la nature n'est pas une simple formule chimique H2O. Et pour cause, lors de sa circulation sur ou dans la terre, elle se charge de matière en suspension ou en solution, notamment… de sels minéraux (calcium, magnésium, carbonates, sulfates et chlorures).Toutefois, ces éléments minéraux et principalement le calcium et le magnésium s'accrochent aux parois des conduites d'eau, s'y accumulent de façon progressive et finissent par réduire le débit de l'eau, d'où la formation de croûte calcaire que les techniciens appellent l'entartrage.- Procédé de détartrageL'ingénierie récente met en avant la possibilité de remédier à ce problème véritablement contraignant, par l'installation en amont du réseau d'appareil constitué d'un ensemble d'aimants qui renvoient un flux magnétique sur l'eau en circulation dans les conduites, changeant ainsi la forme et le potentiel des électrons accrochés aux éléments minéraux contenus dans l'eau, empêchant de ce fait la formation des précipités cristallins qui est à l'origine de ce phénomène d'entartrage.L'eau ainsi traitée transfère une partie de sa charge magnétique, non seulement sur les sels minéraux naturels mais aussi sur les engrais artificiels qui s'y trouvent, devenant ainsi moins dégradante pour le réseau.Dans les installations entartrées à un degré élevé, les conglomérats ioniques chargés magnétiquement au niveau de l'appareil exercent leur action sur les dépôts calcaires qui finissent par disparaître, rendant ainsi à la tuyauterie son fonctionnement normal et sa fiabilité.Il faut espérer que ce procédé ingénieux soit à la portée de la bourse des irrigants. Qui qu'il en soit, faute d'autre alternative, le jeu vaut bien la chandelle.- Conséquences techniques et économiquesLe dépôt de tartre sur les parois de la tuyauterie et des équipements entraîne les inconvénients suivants:• Augmentation de la consommation d'énergie payée inutilement, en raison de la réduction du débit d'eau qui impose une plus longue durée de fonctionnement.• Accélération de la corrosion qui entraîne un fonctionnement défaillant.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc