×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La croissance en Afrique au coeur du «Davos» du Cap

Par L'Economiste | Edition N°:2287 Le 31/05/2006 | Partager

LA croissance sur le continent africain, qui montre des signes encourageants, sera au coeur des débats du Forum économique mondial (WEF) sur l’Afrique, qui s’ouvre le 31 mai au Cap (sud-ouest). «L’environnement général en Afrique n’a probablement jamais été aussi bon. Depuis trois ans, l’Afrique a connu une croissance sans précédent de plus de 5%» par an, souligne Haiko Alfeld, directeur du «Davos africain». Dans un rapport publié la semaine dernière, l’OCDE et la BAD soulignent que «les perspectives pour la majeure partie du continent africain sont plus favorables qu’elles ne l’ont été depuis de nombreuses années.» Selon le FMI, la croissance en Afrique sub-saharienne devrait atteindre 5,8% en 2006, contre 5,5% en 2005. Cette accélération est «largement imputable aux pays producteurs de pétrole», selon le FMI, mais la croissance dans les pays non producteurs est également attendue grâce aux prix élevés des matières premières, une reprise de la production agricole et des investissements plus robustes. Le Forum se penchera en particulier sur l’impact et les conséquences des relations économiques et commerciales de plus en plus soutenues du continent avec la Chine et l’Inde. «La question prend de plus en plus d’ampleur avec l’augmentation des liens Sud-Sud, et en particulier les relations fortes entre l’Afrique du Sud, le Brésil, la Chine et l’Inde», explique Alfeld. Le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad), devrait être évoqué, mais, cette fois-ci, plus pour ses faiblesses que ses perspectives prometteuses. L’objectif du Nepad est d’attirer les investissements étrangers en contrepartie d’un engagement des Etats africains à la bonne gouvernance à la fois politique et économique. Comme lors des éditions précédentes, le WEF tentera de rendre l’Afrique plus attrayante aux yeux des investisseurs étrangers, en mettant en avant une avalanche d’exemples positifs célébrant le succès d’Africains dans les domaines du sport, de la mode, des affaires, de l’industrie…Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc