×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

La Cour des comptes à l’Ofec dès lundi

Par L'Economiste | Edition N°:2730 Le 07/03/2008 | Partager

. Les dettes estimées à plus de 45 millions de DH. Un Conseil d’administration aujourd’hui vendrediLe Conseil d’administration de l’Office des foires et expositions de Casablanca (Ofec), présidé par Abdellatif Maâzouz, ministre du Commerce extérieur, se tient aujourd’hui vendredi. Cette réunion de travail, très attendue, devra remettre l’Ofec sur les rails et le «faire rentrer dans la légalité», en mettant de l’ordre dans la gestion de la Foire. Déjà, le ministère de l’Economie et des Finances ne vise plus le budget de cet établissement depuis 2006. Résultat, il fonctionne avec 1/12ème de son budget par mois, distribué donc au compte-gouttes. La tutelle ne peut plus accepter cette situation. Elle veut que le directeur ait les coudées franches dans la gestion de cet établissement. Pour cela, le ministère réclame de la visibilité et de la transparence dans la gestion, en attendant les résultats d’une étude stratégique. Celle-ci devra redéfinir les missions de l’Office ainsi que les autres établissements sous tutelle du ministère du Commerce extérieur (CMPE, CNCE et OCE). Le Conseil sera également l’occasion de lancer un plan de départs volontaires qui devra concerner près de 80 personnes (sur un effectif de près de 120 employés), pour un coût estimé à 9 millions de DH. Il est incontestable que l’Ofec sera sous pression dès la semaine prochaine. En effet, les inspecteurs de la Cour des comptes démarrent l’audit dès ce lundi 10 mars. L’objectif est d’éplucher les comptes et relever les défaillances à l’origine de la mauvaise gestion. Les dettes plombent cet établissement. Celui-ci doit aux impôts près de 40 millions de DH et à l’ex- RAD 4 millions. A cela s’ajoutent des créances non récupérées, estimées à 10,5 millions de DH. La volonté d’assainir du département de tutelle a commencé par le changement du directeur par intérim par un nouveau, début février. Classé, le bâtiment de l’Ofec devra subir, dans les prochains mois, une mise à niveau technique urgente pour le hisser aux standards internationaux. Aujourd’hui, le ministère du Commerce extérieur considère que la promotion des produits locaux influe sur les importations et joue dans l’équilibre de la balance commerciale. Aussi l’idée est-elle de se concentrer sur les salons spécialisés et les missions d’hommes d’affaires. Une manière de participer activement à la promotion du label Maroc.M. C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc