×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

La CMMI, visa pour les marchés européens

Par L'Economiste | Edition N°:2737 Le 18/03/2008 | Partager

. La démarche incontournable pour les technologies de l’information. Jouer des coudes sur le marché de l’offshoringLa certification CMMI (Capability Maturity Model Integration), sésame pour décrocher les marchés européens de l’offshoring? Rien n’est moins sûr, car les experts(1) sont unanimes: être certifié CMMI n’est pas différenciant, mais ne pas l’être est automatiquement éliminatoire. Autant dire qu’il est devenu impératif pour nos SSII intéressées par l’offshoring d’adopter d’abord le référentiel CMMI pour être en mesure de grignoter des parts de marché à notre concurrent direct, l’Inde, qui rafle tout sur son passage.Le mérite de la certification CMMI revient au département américain de la Défense, qui, dans les années 80, avait commandité au SEI (Sotware Engineering Institute) un référentiel lui permettant d’évaluer de manière fiable et sécuritaire ses fournisseurs de logiciels. La première version du modèle de référence CMM (Capacity Maturity Model) a été lancée en 1991. La dernière mouture de la certification CMMI a vu le jour en 2001 et comporte une échelle de cinq niveaux de complexité.Jean-Baptiste Quelquejay, expert outsourcing, logiciels et services informatiques, et Béatrice Bonnet, expert marketing et business development outsourcing, ont présenté les opportunités du marché européen de l’outsourcing, qui constitue le premier à l’échelle mondiale, avec une croissance de 8,7% en 2006. Selon eux, le marché de l’outsourcing se caractérise désormais par une évolution lente, un morcellement des contrats, une concurrence de plus en plus acharnée de la part des sociétés SSII américaines et indiennes. Mais il reste tout de même une multitude d’opportunités que les sociétés IT marocaines peuvent saisir.La conformité CMMI est un passage obligé pour les éditeurs de logiciels nationaux intéressés par les activités d’offshoring. Mais, outre la certification CMMI, les entreprises IT marocaines sont appelées à offrir plus de visibilité aux donneurs d’ordres internationaux en termes de qualité, de ressources humaines suffisantes, et d’assurer aux grands comptes des infrastructures énergétiques, informatiques et de télécommunications sécurisées…


Mode d’emploi

C’est le niveau 2 qui a été choisi par l’Apebi pour la certification des entreprises marocaines. C’est un niveau dit reproductible parce que les projets sont conduits individuellement et leur réussite est rééditable. Le niveau 2 comporte sept domaines-clés: gestion des exigences, planification de projet, suivi et pilotage de projet, assurance qualité des produits et des processus, mesure et analyse, gestion des accords avec les fournisseurs et gestion de configuration. Neuf sociétés marocaines bénéficient d’un programme de formation CMMI de niveau 2 conduit par l’Apebi et le PAE, en partenariat avec l’Anmpe: Archos Conseil, Brams Technologies, Cadtech, Gemadec, HPS, Involys, Ingenius, Omnidata, S2M. Hassan EL ARIF------------------------------------------------(1) Un séminaire a été organisé sur le sujet par l’Apebi, le Programme d’appui aux entreprises, et l’Anpme le 10 mars 2008

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc