×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

La Cité de l’automobile en route

Par L'Economiste | Edition N°:2407 Le 23/11/2006 | Partager

. Une zone entièrement dédiée au secteur . Servir de catalyseur pour l’accueil des équipementiers internationaux. Un marché potentiel de 14 milliards d’euros à prendreL’«Automobile City», la première des Med-Zones prévues par le ministère du Commerce et de l’Industrie, s’installera à Tanger. Ce nouveau concept de zones industrielles spécialisées est destiné à attirer des investisseurs et des équipementiers automobiles travaillant pour le compte des industriels installés en Europe. C’est sur cet espace de prédilection que les visions marocaines se croisent. Au sud de l’Europe se trouvent près de 28 usines d’assemblage, en Espagne, France et au Portugal à 72 heures par route. A l’horizon 2015, ces usines représenteront un chiffre d’affaires en achats d’équipements de plus de 54 milliards d’euros, selon le ministère du Commerce et de l’Industrie. Le Maroc pourrait opter pour environ 14 milliards d’euros de fournitures diverses de ce total, selon les études du ministère. La proximité avec l’Europe, mais aussi l’avantage logistique majeur que constitue le complexe portuaire TangerMed ont joué en faveur de la Région de Tanger. Un noyau dur est déjà présent à travers les filiales des grands mondiaux du domaine du câblage, tels que Yazaki, Sumitomo, Lear et Delphi, ainsi que divers équipementiers spécialisés dans le textile automobile, tel que Sunviauto, Antolin et Polydesign, attirés par les avantages en matière de coûts mais aussi par la proximité logistique et la facilité d’installation.Une récente visite d’hommes d’affaires japonais, puis du géant américain General Motors, a montré l’intérêt et le potentiel dont dispose le Maroc et la région Nord en particulier. GM est venu en prospection afin de tâter le terrain et sélectionner des fournisseurs pour l’usine de son groupe à Saragosse, en Espagne. Une autre visite du groupe Renault devrait avoir lieu dans la semaine. L’un des grands espoirs reste la mise en place d’une usine de montage d’une des majors de la construction automobile. La croissance du marché africain, mais aussi la cherté relative de la main-d’œuvre en Europe donnent du poids aux ambitions du Maroc. Il y a quelques années, la visite du patron de Toyota Motor Company à l’époque, Fujio Cho à la TFZ, avait alimenté les espoirs. Les rumeurs avaient circulé sur la possibilité pour le boss du géant nippon de vouloir installer une usine de montage à Tanger. Ce cas de figure serait, selon des observateurs, un vrai «jackpot» pour la région et pour le pays tout entier. Une usine de ce genre, c’est des milliers d’emplois directs ainsi que des dizaines de milliers d’autres indirects, répartis entre fournisseurs d’équipements et de services et d’entreprises d’appui. Une telle usine doperait le secteur du bâtiment pour le logement des ouvriers, celui des transports pour les employés et les flux industriels, pour ne citer que ces exemples. Mais des lacunes subsistent encore et ce type de rêve tardera encore à se concrétiser. Le Maroc ne dispose pas encore d’un tissu de sous-traitants efficaces. La plus importante reste l’absence d’une infrastructure de liaison efficace avec l’Europe. Le détroit est un espace fragile et sa traversée est chère et peu fiable. Même l’entrée en service de TangerMed ne résoudra pas les choses. Il suffit actuellement d’un fort vent d’est pour que les ports du détroit soit fermés. Selon une source au ministère du commerce, la liaison fixe permettrait de changer complètement les donnes et donner plus de poids aux arguments du nord du Maroc.


Saragosse ou le miracle américain en Espagne

Le développement de la ville de Saragosse en Espagne relève du miracle économique, un miracle qui peut servir d’exemple pour la ville de Tanger. Cette ville, capitale de province dans les ananées 70, a vu sa cote augmenter avec l’installation en 1982 de l’usine du groupe General Motors. Cette usine fabrique dès lors le modèle Opel Corsa petite voiture qui relança la marque. L’usine concentre une bonne partie de l’emploi industriel de la Région d’Aragon, en Espagne. Son installation a été suivie par celle de dizaines de fournisseurs, Valeo, Mann, Cefa, Lear, MVC, Casting Ros, Ronal, Cisa, Tecnoflow et d’autres. L’usine a produit en vingt ans plus de 8 millions de véhicules, mais surtout, elle a entraîné un investissement de plus de 2,8 milliards d’euros, selon un rapport de la Chambre de commerce de Saragosse. A noter que les autorités espagnoles ont suivi la mise en place de cette usine en consentant de larges investissements en infrastructure et en formation. De ce fait, l’Université de Saragosse est à l’avant-garde en matière de Recherche et de Développement et la Région dispose d’un des plus importants nœuds de connexion ferroviaire du pays. A. A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc