×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La Chine gardera le contrôle des industries «stratégiques»

Par L'Economiste | Edition N°:2426 Le 20/12/2006 | Partager

. Parmi lesquelles défense nationale et armement, énergie, pétrochimie, télécomsLe gouvernement chinois a affirmé hier sa résolution à poursuivre la réforme des entreprises d’Etat, tout en soulignant qu’il comptait «garder le contrôle de certains secteurs industriels» stratégiques ou touchant «à la sécurité nationale».«Dans les secteurs industriels, qui concernent la sécurité nationale ou sont vitaux pour l’économie, les entreprises d’Etat centrales doivent pouvoir exercer le contrôle», a déclaré Li Rongrong, le président de la Sasac, la commission chargée des actifs de l’Etat, lors d’une conférence de presse.La Sasac a établi une liste des secteurs stratégiques sur lesquels l’Etat devait garder le contrôle absolu: défense nationale et armement, énergie, pétrole et pétrochimie, télécommunications, aviation civile, transport maritime, ainsi que la prospection des principales ressources minières.Les entreprises de ces secteurs clefs représentent 25% du nombre des entreprises de l’Etat central, mais 75% en termes d’actifs totaux. Depuis trois ans, le gouvernement a déjà réduit de 196 à 161 le nombre d’entreprises de l’Etat central. Son but est d’arriver à un noyau de 80 à 100 d’ici 2010, dont la moitié «puissantes et de stature internationale».Mais, en dépit des «progrès substantiels» accomplis notamment en terme de profits, Li Rongrong a souligné que, «comparé aux compagnies internationales de pointe, le fossé était toujours évident», prônant notamment l’amélioration de la gestion des entreprises chinoises publiques.Celles-ci devraient notamment dans un futur proche devoir verser à l’Etat les dividendes qu’elles ne versent globalement plus depuis une réforme fiscale en 1994, selon les projets préparés par la Sasac.Les bénéfices des 161 entreprises, qui sont possédées et gérées par l’Etat, ont totalisé 688,77 milliards de yuans (87 milliards de dollars) au cours des 11 premiers mois de l’année, une hausse de 18,9% en glissement annuel, tandis que leur chiffre d’affaires croissait de 21,8%, est-il précisé.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc