×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

La CDT appelle à une reprise des discussions tripartites

Par L'Economiste | Edition N°:517 Le 28/05/1999 | Partager

· La Centrale syndicale se prononce timidement sur le projet d'assurance-maladie obligatoire

· L'UGTM et l'UMT n'ont pas encore réagi

La réaction de la CDT est en elle-même un événement. Même si la Centrale syndicale s'attarde sur ce que d'aucuns pourraient qualifier d'aspects de forme. "Il est impératif de reprendre les discussions tripartites, patronat, syndicat, gouvernement. Le débat doit porter sur le service et la prestation à fournir dans le cadre de l'AMO. La démarche à suivre doit être pragmatique et consensuelle", souligne M. Omar Benbada, représentant de la CDT. La Confédération Démocratique du Travail considère que le débat sur l'AMO est parti sur de mauvaises bases. «Il s'agit plus d'une guerre de position entre la CNSS et les assureurs privés». Qu'en est-il du choix du montage institutionnel?
La CDT reste réservée sur le choix du gestionnaire du futur régime. A peine si elle insiste sur la nécessité de garantir la pérennité et la transparence du système à mettre en place ainsi que son efficacité en termes de traitement rapide des dossiers. Pour M. Benbada: "Le choix doit être politique, négocié et consensuel. Il doit tenir compte de la nécessité de mise en place de la couverture la plus large avec un maximum d'accessibilité". La CDT estime également qu'il faut tenir compte de l'existant. Allusion est faite aux 30% de salariés qui bénéficient déjà d'une couverture médicale.
Le syndicat considère qu'une situation transitoire est nécessaire «de manière à permettre à l'ensemble des opérateurs de définir plus clairement les contours de l'obligatoire et du régime complémentaire».


Quand la CDT défend l'UGTM et l'UMT


Pour M. Benbada, représentant de la CDT, le mutisme observé par les autres centrales syndicales, UMT et UGTM, n'est pas signe de désintéressement. La véritable raison tient au fait que le débat sur l'AMO n'est pas réellement engagé. Pourtant en 1997, l'UMT et l'UGTM avaient déjà adopté une position sur ce dossier. Les Centrales Syndicales n'étaient pas enthousiastes à une gestion pluraliste. L'UGTM avait proposé que la couverture médicale soit confiée à la CNSS. Quant à l'UMT, elle avait souligné dans une note adressée à la commission de couverture générale qui avait la charge du dossier AMO que «le document gouvernemental sacrifie ouvertement à une sorte d'effet de mode, de dogmatisme, qui semble considérer que tout, y compris la gestion d'un régime obligatoire de sécurité sociale, peut être de caractère concurrentiel».

Khadija MASMOUDI


  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc