×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

La Campanie renforce sa coopération avec le Maroc
DNES à Naples, Badra BERRISSOULE

Par L'Economiste | Edition N°:2893 Le 31/10/2008 | Partager

. Agroalimentaire, TIC, aéronautique... les secteurs ciblés. Une délégation d’industriels marocains à Naples les 28 et 29 octobreLa région de Campanie s’ouvre sur la Méditerranée. «Ce n’est ni un slogan ni une ouverture diplomatique, mais bien des liens économiques solides que souhaite créer la Campanie, deuxième région en Italie de par sa population (6 millions d’habitants), en renforçant ses liens transversaux dans tous les secteurs, traditionnels et innovants», annonce Fernando De Angelis, directeur de la région Campanie pour les relations avec les pays de la Méditerranée. La Campanie souhaiterait aussi faire profiter ses partenaires de son expérience. C’est que la région a connu un bond extraordinaire ces dernières années, grâce au soutien financier de l’UE pour rattraper son retard économique. Ce qui lui a permis de développer un savoir-faire et une base industrielle diversifiée. Aujourd’hui, la Campanie, dont le chef-lieu est Naples, enregistre une croissance de 2% de son PIB. Maintenant que la région a assis son développement local, elle souhaite élargir le champ d’activité de ses entreprises à d’autres pays méditerranéens notamment. C’est l’objectif du programme de la région Campanie et Pays tiers méditerranéens (PTM) qui fait partie d’un plus large programme de coopération institutionnelle régionale. En effet, la Campanie souhaite activer concrètement une coopération organique avec 5 pays méditerranéens: Egypte, Maroc, Israël, Tunisie et Turquie. Cette coopération fut l’objet du forum méditerranéen Campania-Med co-organisé par la région et l’Union européenne à Naples, les 28 et 29 octobre, en collaboration avec les Chambres de commerce italiennes installées dans les pays cités. Les présidents de ces institutions ont joué le rôle de véritables ambassadeurs, présentant les particularités des économies des pays méditerranéens où ils sont installés. A noter que le programme PTM, initié par la Campanie, a mis en place comme ligne de services pour l’internationalisation des entreprises italiennes des antennes informatives de Campania-Med localisées au sein des Chambres de commerce italiennes de chaque pays. «Il faut s’attendre à des résultats régionaux. C’est une vision globale qui a été pensée pour le développement de la coopération entre les entreprises de Campanie et celles du pourtour méditerranéen», explique Giulio Frascatani, président de la Chambre de commerce italienne de Casablanca. A Naples, le président de la CCIC était à la tête d’une délégation composée de 12 industriels marocains des secteurs de la confection, la joaillerie et les nouvelles technologies. Dommage d’ailleurs que les institutionnels publics marocains se soient désistés à la dernière minute alors que les autres délégations, notamment turque et tunisiennes sont venues en force, députés et présidents de Chambres de commerce nationales en tête. Pourtant, d’après les observateurs, sur les 5 pays, le Maroc est le mieux positionné en termes d’opportunités: il est fournisseur de know-how et en même temps client de produits finis. «La coopération peut être rapidement mise en place, car il existe beaucoup de similitudes entre les économies de Campanie et du Maroc» détaille Frascatani. Les deux s’attellent à développer, en plus des secteurs traditionnels (cuir, textile et agro-industrie), des chantiers prometteurs comme l’aéronautique. La Campanie abrite d’ailleurs l’un des principaux pôles de cette industrie en Italie avec une centaine d’entreprises et un chiffre d’affaires annuel de 1,3 milliard d’euros.Au Maroc, l’aéronautique est aussi un secteur émergent à fort potentiel et dénombre actuellement une cinquantaine d’opérateurs, dont une grande partie d’origine étrangère, notamment française, qui génère plus de 5.000 emplois et un CA de plus de 3 milliards de DH. Dans la logistique et le transport intermodal, le Maroc pourrait tirer profit de l’expérience fort réussie du Distretto CIS Interporto Campania lancée en 1986. C’est une zone logistique intégrée, à 20 km de Naples, d’une superficie de 500 hectares regroupant toutes les activités de la filière, à savoir logistique, transformation et distribution. Les 4 modes de transport (aérien, ferroviaire, marin et routier) s’y complètent. «Une expérience unique en Europe engendrant plus de 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel», confie Fulvio Guida, directeur commercial de Distretto CIS Interporto Campania.


Orfèvrerie, aussi

Un autre pôle d’excellence dont la Campanie est fière, l’orfèvrerie. Son centre Il Tarì est un complexe financé, entre autres, par l’Union européenne et qui regroupe 390 entreprises associées. Des spécialistes de l’orfèvrerie et de la joaillerie y développent leurs activités, dans un modèle organisationnel qui s’adapte aux exigences du marché. Le complexe dispose aussi d’une école de talents dans le design, la recherche et marketing. C’est le point de force du Tarì qui a séduit la ville de Cordoue en Andalousie où le même modèle est en train de voir le jour.Le projet intéresse aussi Khalid Senhadji, président de l’Association des bijoutiers de Fès qui souhaite faire bénéficier sa corporation des programmes de formation offerts.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc