×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

La campagne d’arrachage de la betterave lancée

Par L'Economiste | Edition N°:2276 Le 16/05/2006 | Partager

. Traitement de 15.000 t/jour par l’unité sucrière de Sidi Bennour . Le site de Zémamra restera dédié au conditionnement C’EST sur des prévisions très optimistes qu’a débuté, le 5 mai, la campagne d’arrachage de la betterave dans les Doukkala. La superficie emblavée a atteint 21.438 hectares équivalents à 97% du programme. Une production de 1,2 à plus 1,5 million de tonnes par jour est prévue. Par ailleurs, pour la campagne 2006, l’achèvement de l’extension de l’unité sucrière de Sidi Bennour permet pour la première fois de recevoir 15.000 tonnes de betterave par jour contre 10.000 t/j au cours de la campagne précédente: «Ce qui aura des retombées positives sur la compétitivité de l’activité betteravière à Doukkala», affirme un opérateur. Quant au site de Zémamra, ce dernier restera dédié au conditionnement du sucre (2 kg, lingots, morceaux). La phase de démarrage des nouvelles installations industrielles était déterminante pour Cosumar. Le président du groupe et la direction générale ont tenu à assister à l’allumage du four à chaux, le 02 mai dernier. Rappelons que le lancement du projet d’extension de la capacité de traitement des Sucreries Doukkala avait nécessité un investissement conséquent de l’ordre de 800 millions de DH (cf.www.leconomiste.com). L’industrie sucrière constitue un moteur de dynamisation dans la région. Le groupe Cosumar s’implique fortement dans la région. Il a procédé à la mise en place d’une équipe de conseillers agricoles et d’ingénieurs agronomes. L’objectif étant d’assurer le meilleur taux d’encadrement et de formation des agriculteurs (1 conseiller pour 800 ha). La formation est organisée en collaboration avec l’APBD (Association des producteurs de betterave des Doukkala) et l’ORMVAD. Le groupe assure également le financement des principaux intrants de la betterave: engrais, semences et produits phytosanitaires à hauteur de 100 millions de DH. Cosumar prend également en charge l’organisation logistique de la campagne betteravière. Et ce, depuis la distribution des semences en passant par l’arrachage et le transport du produit vers l’usine et jusqu’au paiement des agriculteurs. De même, différentes incitations ont été mises en place en faveur des agriculteurs. Notamment pour l’octroi de primes pour l’arrachage anticipé et d’autres prêts pour le matériel agricole et matériel d’irrigation.


Conditions climatiques

Cosumar avait procédé, le 15 septembre 2005 pour un montant de 1,3 million de DH, à l’acquisition des quatre sociétés sucrières publiques. Il s’agit de Suta, Sucrafor, Surac et Sunabel. Le Groupe raffine du sucre brut importé, produit du sucre blanc à partir des plantes sucrières et conditionne, sous diverses formes, le sucre blanc total produit sur ses 14 sites. En 2005, l’activité de Cosumar a été marquée par des conditions climatiques sévères ayant endommagé les cultures sucrières, notamment la canne. La forte augmentation des prix d’achat des matières énergétiques a constitué un autre défi à dépasser. L’incidence négative des conditions climatiques sévères s’est reflétée sur la dégradation de la qualité technologique de la betterave. La production du sucre dans les quatre sociétés sucrières était passée de 360.270 tonnes en 2004 à 318.234 tonnes en 2005, soit une baisse de 11,7%. Mais le recul de la production n’a eu qu’une incidence limitée sur le volume des ventes de sucre, est-il précisé. Le marché national de sucre a atteint 1.070.000 tonnes en 2005, reflétant une croissance du marché de 1,7% par rapport aux réalisations de 2004. La consommation annuelle de sucre par habitant est de 35 kg en moyenne. La consommation directe dite de «bouche» (consommateur final) représente près de 80% de la consommation totale.Mohamed Ramdani

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc