×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

La BCP se repositionne sur le marché des capitaux

Par L'Economiste | Edition N°:460 Le 10/03/1999 | Partager

· Restructuration en trois pôles au niveau du siège
· La BCP redéfinit sa mission
· Création d'un comité de placement et de concertation avec les filiales


La BCP est en plein chamboulement. La première banque du pays active son processus de développement en restructurant, au niveau du siège, son activité liée aux nouveaux métiers de la finance.
Etant perçue comme une banque "populaire" spécialisée dans le social, la BCP veut mettre en avant ses nouveaux métiers. Désormais, elle dispose de trois pôles: le Crédit Populaire du Maroc Développement, le Crédit Populaire du Maroc Service et la BCP-Bank. Cette dernière coiffe la Division des Capitaux, celle de l'International et celle des Participations.
Avec l'arrivée d'un cadre de la maison, M. Omar Yidar, ex-directeur d'ICF Al Wassit, comme directeur de la Division Marché des Capitaux à la BCP-Bank, la BCP entend élargir ses interventions. "L'objectif de cette remise en cause est d'affronter les mutations du marché financier", explique M. Ahmed Ouazzani, directeur de la Division Secrétariat et Communication à la BCP.
La nouvelle structure de la BCP-Bank regroupe la salle des marchés, laquelle comprend trois compartiments (monétaire, obligataire et changes) et la gestion collective de l'épargne (OPCVM). A cela s'ajoute une cellule spécialisée dans le développement de la recherche, de l'ingénierie financière et du corporate. Elle a pour mission l'assistance au réseau régional de la banque commerciale et la conception de nouveaux produits. La BCP-Bank participera dans un futur proche aux appels publics à l'épargne à travers l'émission de TCN (titres de créances négociables), d'obligations et accompagnera les entreprises pour toute introduction en bourse. Elle opérera ainsi en synergie avec ses filiales déjà présentes sur le marché (Médiafinance, ICF Al Wassit, Moussahama). "Ceci n'empêche pas une concurrence de nos filiales métiers, beaucoup proches du marché, sur certaines opérations", souligne M. Yidar.
Les dirigeants de la banque ont d'ailleurs prévu l'instauration (celle-ci est imminente) d'un comité de placement regroupant les différentes parties (Division du Marché des Capitaux et filiales). Objectif: concertation, échanges d'informations et cohérence dans la politique de placement.
La spécificité du portefeuille de la BCP, constitué en grande partie des PME/PMI, est censée renforcer les rapports de ces unités de production avec le marché financier. Ainsi, la BCP axera ses nouveaux métiers sur l'animation du second compartiment en bourse. Rappelons au passage que ce marché, créé en 1997, n'a encore connu aucune introduction. Selon des opérateurs, les conditions d'accès y sont pour beaucoup(1).
Confiant, M. Yidar prévoit des introductions cette année et en l'an 2000. Selon lui, il y aura deux inscriptions à la cote chaque année.

(1) Les PME/PMI intéressées par l'introduction en bourse au niveau du second marché doivent disposer d'un capital de 10 millions de DH avec diffusion dans le public de 15%. Elles doivent aussi être certifiées et constituées en SA.


Les filiales financières de la BCP


· Médiafinance: Créée le 27 mai 1996, cette société joue un rôle de catalyseur et d'animateur sur le marché de la dette négociable. En effet, elle a pour objet social de concourir au développement des marchés monétaire, interbancaire et secondaire de la dette négociable publique ou privée. Elle participe également à la réflexion sur le développement des marchés de produits dérivés au Maroc. La BCP détient 61% du capital de cette société d'intermédiation. A souligner que la BCP avait effectué des achats et des cessions en bons du Trésor pour le compte de cette société durant la période qui s'étale entre juin 97 et juin 98. Le montant de ces opérations s'élève à 573 millions de DH pour les achats et 137 millions pour les cessions.
· ICF Al Wassit fait partie des 13 sociétés de bourse du marché. Créée en 1994, son objet social consiste en l'intermédiation et conseils financiers. Son capital social s'élève à 10,75 millions de DH. La BCP et les BPR en détiennent 44%. Le CIH en détient 14%.
· Moussahama: C'est une société de capital risque. La part de la BCP dans son capital s'élève à 50,07% avec 701.000 titres. Le capital de Moussahama s'établit à 140 millions de DH après une augmentation de 55,5 millions de DH.
· Al Istitmar Chaâbi: Ce gestionnaire des OPCVM a été créé en 1995. son capital s'élève à 1 million de DH, dont 40% est détenu par la BCP. Le reste du capital est réparti entre les Banques Populaires régionales d'Agadir, de Casablanca, de Marrakech et de Tanger.

Youssra MAHFOUD & Rafik IKRAM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]ste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc