×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

La BCM effectue pour la première fois une provision pour investissement

Par L'Economiste | Edition N°:470 Le 24/03/1999 | Partager

· Accentuation de la politique de réseaux

La Banque Commerciale affiche les meilleurs résultats en comparaison avec ceux présentés jusqu'ici par les autres banques de la place. Le bénéfice après déduction de l'impôt et de la contribution libératoire s'est élevé à près de 688 millions de DH, en hausse de 6,14% par rapport à l'exercice précédent. A noter que le montant de la contribution libératoire souscrite au titre de l'IS et de l'IGR s'est établi à 28,93 millions de DH. Selon un analyste financier de CDMC, c'est le montant le plus important qui ait été déclaré jusqu'ici. Mais rapporté au bénéfice net, le pourcentage de cette opération se situe au même niveau que celui supporté par les autres entreprises du secteur.
La progression des résultats de la banque recèle une maîtrise du coefficient d'exploitation. Ce dernier avait été de 33,9% au terme de 1997 contre 46% pour BMCE-Bank et 46,1% pour Wafabank. Aucune information concernant le niveau de ce coefficient en 1998 n'a encore filtré. Mais les responsables assurent qu'il a été maintenu à ce niveau.
En parallèle, la banque a procédé, pour la première fois, à un provisionnement pour investissement qui a atteint 45 millions de DH. "Cette opération est fiscalement admise et répond au souci investissement de la banque", souligne l'un des responsable de la BCM. Cette provision est intéressante à plus d'un titre. Elle constitue en effet un avantage fiscal pour l'établissement via une économie d'impôt de l'ordre de 18 milliards de DH.
Rappelons que la législation fiscale autorise les sociétés à effectuer une provision de 30% de l'investissement qu'elles comptent réaliser dans les trois ans qui suivent. Toutefois, ces investissements doivent porter uniquement sur les biens d'équipement et sur les constructions d'exploitation. "La BCM compte en effet élargir son réseau via la construction de nouvelles agences", explique le même responsable.
Toujours concernant les résultats de la BCM, le bénéfice net avant impôts, et après déduction de la provision pour investissement, a progressé de 7,97%, s'établissant ainsi à 1.118,7 millions de DH. "S'il n'y avait pas eu cette provision et la contribution libératoire, ce bénéfice aurait enregistré une progression de 15%", précise ce responsable. Le résultat retraité, quant à lui, a été de 717 millions de DH.
Le résultat de l'année 1998 est censé comprendre la plus-value provenant de la cession de 26,3% des titres Maghrébail à la BMCE en début d'année (170.000 titres à 440 DH et 100.000 à 485 DH). Pourtant, les responsables de la BCM avaient affirmé que les produits exceptionnels de l'exercice 1997 comprenaient un tiers de la plus-value réalisée sur la cession des titres de Maghrébail. "Une opération qui n'a pourtant eu lieu qu'après le mois de janvier de l'année dernière", observe un analyste.

Rafik IKRAM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc