×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

La BCE prépare déjà la prochaine hausse des taux

Par L'Economiste | Edition N°:2335 Le 07/08/2006 | Partager

. Ce nouveau durcissement n’affecte pas l’attractivité des crédits. L’inflation dépasserait le seuil de toléranceLa Banque centrale européenne (BCE) a de nouveau resserré les vannes du crédit dans la zone euro afin de faire barrage à des menaces inflationnistes. Le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, a de nouveau, le 4 août, clairement ouvert la voie à de nouvelles hausses des taux, même s’il a refusé de s’engager sur leurs échéances. La zone euro, la Grande-Bretagne et le Danemark, ont haussé les taux directeurs en Europe. L’Afrique du Sud a rejoint également le club et durcit ses conditions du crédit. Contrairement à la Banque d’Angleterre, dont l’annonce a pris par surprise la majorité des économistes, la BCE avait balisé le terrain avant d’annoncer la remontée d’un quart de point à 3% du principal taux directeur. Ce durcissement est justifié par la nécessité de faire obstacle à des dangers d’emballement des prix, alimentés surtout par la flambée des prix du pétrole. Malgré ce nouveau resserrement, «la politique monétaire reste accommodante», a jugé le numéro un de la BCE. Les conditions du crédit demeurent bon marché pour encourager la croissance. Mais aussi à attiser les dangers de dérapage des prix. L’inflation dans la zone euro devrait dépasser cette année comme l’an prochain le seuil de tolérance de la BCE. Il est d’un peu moins de 2%. Si la reprise économique se poursuivait, la BCE va réduire progressivement le caractère accommodant de la politique monétaire. Pour bon nombre d’économistes, la BCE va tenir la cadence d’un relèvement bimestriel qui portera le principal taux à 3,50%. Mais la majorité des économistes estiment que la BCE devrait arrêter son cycle des hausses à la fin 2006 car le ciel s’assombrit déjà pour l’économie. Celle-ci va souffrir en 2007 d’un ralentissement de la croissance mondiale et va devoir digérer la forte augmentation en Allemagne de la TVA.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc