×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    La Banque Populaire s'équipe en télé-surveillance pour l'ensemble de ses gab

    Par L'Economiste | Edition N°:523 Le 07/06/1999 | Partager

    · Les lignes téléphoniques d'IAM à l'origine des différentes pannes des guichets automatiques

    · La carte électron sera lancée au mois de novembre prochain


    Les fréquentes pannes des guichets automatiques du Groupe Banques Populaires seraient en train de se résoudre. Moyen utilisé: un système de télé-surveillance. "Nous disposons déjà de 50 gab qui bénéficient de ce nouveau système et nous essayerons de l'étendre progressivement au reste de notre parc", souligne M. Abdelfettah Belemlih, directeur général du CPM Services au sein de la Banque Centrale Populaire.
    La télésurveillance permet d'intercepter les pannes au niveau des guichets "en temps réel". Et dans certains cas, la banque peut intervenir à distance pour remettre les guichets en marche. Toutefois, ce système ne résout pas tous les problèmes d'arrêt des gab, surtout quand il s'agit de défaillances techniques au niveau des lignes téléphoniques d'IAM.
    D'ailleurs, l'infrastructure actuelle ne garantit pas un service de qualité comme en Europe. Les lignes à haut débit et à fibre optique n'existent pas. "Nous sommes constamment en contact avec IAM pour développer la situation", précise M. Belemlih.
    Les 160 lignes spécialisées coûtent 80 millions de DH par an à la Banque Populaire. C'est dire aussi que la BP estime "qu'elle mérite un traitement de faveur de la part d'IAM" et ce, d'autant plus qu'elle s'affiche comme son premier client. Son parc gab, qu'elle compte augmenter à 200 d'ici la fin de l'année, représente 40% du parc national.

    Une carte guichet sur deux est délivrée par la Banque Populaire. Quant aux retraits au niveau des gab de cette banque, ils étaient de 6,5 millions au cours de l'exercice 1998.
    Pour ce qui est des projets en cours, la BP compte lancer la carte électron en novembre prochain. "Les cartes sont prêtes. Nous attendons seulement que les problèmes au niveau du serveur central soient dépassés", souligne M. Belemlih.
    Autre point, la BP a acquis une plate-forme bancaire anglaise. En cours d'intégration, celle-ci sera installée avant la fin de l'année dans la première agence-test. "Elle concerne toutes les opérations bancaires et tourne autour d'un matériel informatique que nous n'avions pas jusqu'à présent. Il s'agit de l'AS 400", affirme M. Belemlih.
    Cette dernière acquisition fait partie du projet d'entreprise de la banque "Oasis 2000". Celui-ci concerne la révision procédurale et organisationnelle de la banque.
    Concernant le budget total alloué à l'ensemble de ces opérations, il tourne autour de 100 millions de DH.

    Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc