×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

L’UE revoit les quotas pour les produits agricoles

Par L'Economiste | Edition N°:1783 Le 04/06/2004 | Partager

. Le protocole sera officialisé dans les prochains jours . Certains volets de l’Accord de libre-échange sont toujours en négociationsL’Union européenne a accordé au Maroc de nouveaux quotas pour certains produits agricoles. L’annonce a été faite par Mohand Laenser, ministre de l’Agriculture, devant la Commission de l’agriculture et des affaires économiques de la Chambre des Conseillers, mercredi dernier. Cette nouvelle n’a pas fait réagir les conseillers, visiblement très occupés par l’état de la campagne agricole. Un protocole complémentaire sera signé prochainement. Il stipule, entre autres, l’octroi au Maroc de nouveaux quotas pour les tomates (13.100 tonnes), oranges (6.800 tonnes), clémentines (13.700 tonnes), concombres (600 tonnes). Les laitues et les chicorées sont également concernées. Les fraises et les fleurs coupées connaîtront une hausse du quota avec une révision des périodes d’entrée de ces produits à l’intérieur de l’UE. L’application de ce protocole s’étendra sur une durée de 3 ans. Fin 2007 a été fixée comme prochain rendez-vous où les deux parties vont se réunir pour de nouvelles négociations sur les produits agricoles. Cette décision est le résultat de plusieurs rencontres ayant lieu avant l’élargissement de l’UE. Selon l’article 23 de l’accord d’association, les deux partenaires entament de nouvelles discussions lors de l’adhésion d’un nouveau membre à l’UE.Pour l’état d’avancement de la campagne agricole, les dernières averses qui ont coïncidé avec la période des moissons ont inquiété plus d’un. C’est pour avoir le coeur net que les membres de la commission ont convié le ministre. Selon lui, il n’y a pas lieu de se soucier. Certes, les dernières pluies sont intervenues lors d’une phase inopportune, mais elles ont eu le mérite de porter le taux global de remplissage des barrages à usage agricole à 74%, soit un stock de 9,6 milliards de m3. Pour les effets négatifs, les dernières pluies ont été nuisibles pour le blé. Près de 15% de la récolte ont été germés, surtout au niveau de la région de Khnichate, Had Kourt, ainsi que des cas isolés dans la région du Loukkous, Taounate et Meknès. Et comme annoncée dernièrement, la récolte céréalière avoisinera les 81 millions de quintaux. La production du blé tendre demeure la plus importante avec 35, 6 millions de quintaux. Quant au blé dur, il a atteint 18,7 millions de quintaux. Pour la qualité et la densité de la récolte, Laenser estime qu’elles seront bonnes, grâce, encore une fois, à la pluie printanière. Vu l’importance de la récolte, des mesures ont été prises pour garantir une bonne commercialisation des produits céréaliers, a souligné le ministre. Les productions précoces destinées à l’exportation affichent également une bonne mine. Les exportations des tomates ont atteint 217.000 tonnes, soit une hausse de 18% par rapport à l’année précédente. En revanche, un léger recul a été enregistré au niveau de l’exportation des agrumes. Avec seulement 417.000 tonnes, ces exportations sont composées essentiellement du Maroc Late (38%), clémentine (34%) et d’autres catégories (28%). L’accord de libre-échange conclu entre le Maroc et les Etats-Unis était également présent dans l’exposé du ministre. A quelques jours de sa signature, les doutes sur l’intérêt de cet accord planent toujours, surtout pour un secteur aussi fragile que l’agriculture, laissent entendre certains conseillers. Le ministre a indiqué que certains volets sont toujours en négociations. Cependant, l’accord accélérera le développement et la mise à niveau de ce secteur.


Sodea et Sogeta

La commission qui se penche sur le projet des cahier des charges pour la cession des terres de la Sodea et la Sogeta présentera son travail très prochainement. Selon Laenser, les investissements attendus de cette opération dépassent 2 milliards de DH, et donc la création de 20.000 emplois. La cession se déroulera après l’adoption du contenu des cahiers des charges, et c’est une autre commission présidée par Laenser qui choisira les bénéficiaires. Malgré ses multiples tentatives pour rassurer les conseillers sur la volonté du gouvernement d’apurer les comptes et la situation de ces deux sociétés dans un climat de transparence, tous les parlementaires n’étaient pas convaincus. Certains se sont interrogés sur l’utilité d’attribuer la mission de redressement des deux sociétés à des personnes ayant participé à leurs crises. Amal BABA ALI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc