×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

L’option de l’électronucléaire se précise

Par L'Economiste | Edition N°:2158 Le 25/11/2005 | Partager

. Les études finalisées. Le site du réacteur localisé entre Safi et EssaouiraLA production de l’électricité à travers l’énergie nucléaire est de nouveau à l’ordre du jour. Même s’il n’est pas encore explicite, ce choix prend forme. La rareté des ressources énergétiques au Maroc, doublée de la durable flambée des prix du pétrole, pousse dans ce sens. Menées pendant 10 ans, entre 1985 et 1995, les études relatives à la faisabilité technique et économique d’un tel projet ont été relancées. Finalisées, elles sont désormais entre les mains de l’Office national de l’électricité (ONE). «Ces études ont été concluantes à plus d’un titre. Même les cahiers des charges pour le lancement d’éventuels appels d’offres sont prêts», déclare Abdelhamid Mekki Berrada, président de la Commission nationale de la sûreté nucléaire. Cette déclaration, accordée à L’Economiste en marge de la conférence sur «l’énergie nucléaire entre aujourd’hui et demain» (24 et 25 novembre à Rabat), témoigne de l’état d’avancement du projet. Le site devant abriter le projet de réacteur nucléaire a d’ores et déjà été identifié. Il est situé entre les villes de Safi et Essaouira. Désormais propriété de l’ONE, il a également été agréé par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et pourra recevoir trois à quatre centrales nucléaires. La remise sur le tapis de ce projet coïncide avec le lancement, tant au niveau européen qu’aux Etats-Unis, d’une troisième génération de réacteurs HTR (très haute température). Fruit d’une longue expérience, ces nouveaux réacteurs répondent aux besoins en sécurité des Etats et garantissent le moins de risques possibles pour la santé des citoyens et l’environnement», affirme Berrada, également président de l’Association des ingénieurs en génie atomique du Maroc. Au-delà du projet, le nucléaire est également une affaire d’infrastructures et de réglementation. Le Maroc est l’un des premiers pays signataires des accords de non-prolifération des armes nucléaires. Il dispose d’un réseau électrique de haute tension, interconnecté notamment avec l’Europe. Le cadre réglementaire instaurant un système de contrôle de cette énergie existe. Le nucléaire est aussi une question de recherche scientifique. Situé à 25 km de Rabat et relevant du centre national de l’énergie, des sciences et des techniques nucléaires (CNESTEN), le Centre d’études nucléaires de Maâmora met les bouchées doubles. Le laboratoire de ce centre est opérationnel depuis 2003. La construction du réacteur nucléaire expérimental est achevée. Celui-ci devrait être mis en service en 2006, selon Khalid Medouiri, directeur général de CNESTEN. Reste l’engagement politique. La décision de l’ONE est des plus attendues. Preuve en est la présence à cette rencontre de plusieurs représentants d’agences et groupes opérant dans le domaine du nucléaire, tant américains qu’européens. Parmi eux, General Atomics et American Nuclear Society (USA) et le Commissariat à l’énergie atomique (France). Le mise en place d’un système de financement et le renforcement des mesures de contrôle de qualité devront suivre l’engagement de l’Etat. Ils constitueront les dernières pierres à ajouter à l’édifice d’un projet d’électronucléaire prévu à l’horizon 2015-2020.


Dans le monde

L’ÉNERGIE nucléaire est utilisée depuis plus de cinquante ans dans la production de l’électricité. Elle assure actuellement près de 17% de la production électrique dans le monde. La crise du pétrole dans les années 70 a stimulé les commandes et la construction de centrales nucléaires. Leur nombre est actuellement de 144. Même conjoncture, même conséquence, cette technologie connaît actuellement une demande de plus en plus croissante. Celle-ci est boostée également par le récent lancement de réacteurs de troisième génération. Des pays comme la Finlande et la France ont d’ores et déjà entamé la construction de centrales de ce type. La Chine et l’Inde ont passé plusieurs commandes.Tarik QATTAB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc