×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    L’éducation par l’art et les couleurs

    Par L'Economiste | Edition N°:2881 Le 15/10/2008 | Partager

    . 365 tableaux d’enfants âgés de 6 à 16 ans à la Villa des Arts de Rabat . Ils ont peint leur vision de la liberté C’EST aujourd’hui mercredi 15 octobre que démarre à la Villa des Arts de Rabat une exposition originale. Intitulée «L’éducation aux couleurs de la vie», elle est organisée par la Fondation ONA en partenariat avec l’Académie régionale d’éducation et de formation de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër et se poursuivra jusqu’au 14 novembre. La Villa des Arts abrite une mosaïque de 365 tableaux d’enfants âgés de 6 à 16 ans et provenant de 4 délégations (Salé, Rabat, Skhirat et Khemisset). Des élèves du Centre de réforme de Salé (prison pour jeunes) et de l’orphelinat de Salé y ont également participé. Il leur a été demandé de donner libre cours à leur imagination et à leur créativité par la peinture et le dessin, tout en s’inspirant du thème de la liberté. Comme l’explique Tijania Fertat, directrice de l’Académie, l’objectif de cette manifestation artistique est d’abord d’éduquer autrement, en utilisant les voies de la sensibilité, de l’esthétique et de l’art, et créer des espaces d’épanouissement. «Je suis convaincue que l’art est un excellent moyen d’éduquer car il est fondé sur le principe de la liberté. Les enfants travaillent et s’expriment librement, dans un cadre agréable et convivial. Ils ne sont ni jugés, ni punis et rien ne leur est imposé», soutient la directrice. Encadrés par les professeurs d’art plastique des établissements scolaires de la région, les élèves ont donc réfléchi sur le thème de la liberté. «Avec intelligence et sensibilité, ils se sont pleinement impliqués dans cette aventure originale, dans l’enthousiasme et la bonne humeur», assure encore la directrice, qui souhaite réitérer l’opération. Cette manifestation a aussi une dimension pédagogique et civique, puisque les enfants apprennent à travailler en groupe et à respecter les autres. «Même les enfants les plus indisciplinés deviennent extraordinaires dans la pratique artistique. Ils deviennent subitement sérieux, concentrés et appliqués. Les enfants du Centre de réforme ont partagé de bons moments avec leurs gardiens, qui ont pris le pinceau pour dessiner sur les mêmes tableaux», témoigne Tijania Fertat. En tout état de cause, les enfants ont pris conscience que la liberté a des limites… puisque le cadre du tableau constitue justement une limite. Mais ce que cette expérience leur a apporté, c’est surtout un apprentissage dans la joie et la bonne humeur. A noter que la Fondation ONA qui vise à rendre l’art accessible à tous prépare pour bientôt en partenariat avec des délégations de l’Education nationale, une exposition sur l’histoire de la peinture marocaine.Nadia BELKHAYAT

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc