×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    L’assurance portée par l’euphorie de la Bourse

    Par L'Economiste | Edition N°:2835 Le 06/08/2008 | Partager

    . 8,18 milliards de dirhams de résultat net en 2007. Le secteur a perçu 9,83 milliards de DH de plus-values L’exercice 2007 restera comme l’un des meilleurs millésimes de tous les temps dans l’industrie des assurances. Le résultat net consolidé du secteur s’établit à 8,2 milliards de dirhams, presque 9 fois la performance de 2006 (961 millions de dirhams). Cette explosion des bénéfices est certes un excellent indicateur de l’état de forme des compagnies, mais elle cache néanmoins une fragilité, à savoir, la trop forte dépendance des résultats des assureurs des activités non liées à l’exploitation. Malgré une conjoncture économique globalement porteuse, les compagnies d’assurances doivent leur résultat moins à la situation de leur cœur de métier (l’assurance stricto sensu) qu’aux produits des placements financiers et aux plus-values réalisées sur les cessions de titres. En 2007, les produits financiers (dont les plus-values) perçus par le secteur se sont élevés à 12,24 milliards de dirhams, réalisant un bond spectaculaire de 117,9%! L’envolée de la Bourse et des bénéfices des sociétés cotées ont permis aux assureurs d’empocher 12,24 milliards de dirhams en dividendes dont 9,83 milliards de plus-values nettes sur réalisation de placements. Le chiffre d’affaires a atteint 17,66 milliards de dirhams contre 14,78 en 2006, soit une progression de 19,5% contre 12,26% l’année précédente. Un bémol cependant, l’envolée des provisions techniques brutes de plus de 7 milliards de dirhams à 77,2 milliards. La progression a également touché les placements affectés aux opérations d’assurance. Ces derniers ont augmenté de 19,4% à 77,99 milliards de dirhams contre 69,82 milliards en 2006 représentant ainsi 101,08% des provisions techniques.Profitant surtout du développement du marché de la bancassurance, les opérations vie et capitalisation enregistrent la meilleure performance avec une progression de 42,24% à 5,8 milliards de dirhams contre 4,1 en 2006. Les opérations non vie totalisent 11,7 milliards de dirhams contre 10,6 en 2006, soit une hausse de 10%. Par catégorie, la branche «vie et capitalisation» se taille la part du lion avec 33,2% du total. Ce qui constitue une première pour la branche. Ainsi, les assurances individuelles se placent en tête avec 4 milliards de dirhams (22,7%), suivies des assurances groupes (1,22 milliard de dirhams). La catégorie véhicules terrestres à moteur représente 30,72% des émissions à 5,42 milliards de dirhams. A ce niveau, il faut noter la concentration assez conséquente des émissions. Ainsi, les assurances véhicules terrestres à moteur, accident du travail, maladies professionnelles et assurance de personnes, représentent 84,89%.Les primes cédées en réassurance ont crû à leur tour constituant près de 13,74% de l’ensemble des émissions. Dans cette rubrique, les opérations d’assurances non vie arrivent en tête avec 1,93 milliard de dirhams (79,66%) contre 493,62 millions de dirhams pour les opérations vie et de capitalisation.La constitution des provisions pour primes impayées, appliquée pour la première fois en 2006, a fortement participé à la diminution des charges techniques d’exploitation. C’est une première indication de l’amélioration du recouvrement des primes, une évolution qui résulte du changement de la réglementation et, aussi, de l’assainissement des portefeuilles mené ces dernières années par les compagnies d’assurances. Jalal BAAZI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc