×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

L’alimentaire bride l’inflation en mars

Par L'Economiste | Edition N°:3513 Le 21/04/2011 | Partager
Le prix des légumes a baissé de 4,3%
En mars, l’indice du coût de la vie recule de 0,1% par rapport à février
Le poisson en hausse de 2,3%

LES légumes de moins en moins chers. A fin mars, l’indice des prix à la consommation a connu une baisse de 0,1% en comparaison avec février. Le Haut commissariat au plan (HCP) attribue ce léger recul à la baisse des prix des légumes de 4,3%. Cette situation est, en partie, attribuée à la fin des intempéries et l’amélioration des conditions de cueillette. L’évolution du prix des légumes a de fortes chances de repartir à la hausse sur les prochains mois. En revanche, les prix ont augmenté de 2,3% pour les poissons et fruits de mer et de 0,5% pour les viandes. Comparé à mars 2010, l’IPC a connu une croissance de 0,6%. D’un trimestre à l’autre, la hausse des prix est de 1,6%. Le coût de l’alimentation et boissons non alcoolisées a crû de 0,3% en comparaison avec mars 2010. Quant aux boissons alcoolisées et tabac, leur prix est resté stable. Pour ce qui est des produits non alimentaires, la hausse de 0,8% est surtout imputable à l’enseignement, aux biens et services divers ainsi qu’à la restauration et l’hébergement. Au premier trimestre, l’enseignement a enregistré la plus forte hausse de cette catégorie, soit + 4,6%. Au moment où le coût de la communication s’est réduit de près de 2%. En plus de la communication, le transport, les loisirs et la culture ont été les seuls produits à enregistrer une baisse (-0,2 et -1,2%, respectivement).
Le premier trimestre 2011 a connu une hausse de 2,7% du prix des produits alimentaires. Cette variation est la résultante de l’accroissement de 2,8% du prix des produits alimentaires et boissons non alcoolisées. Côté produits non alimentaires, le trimestre dernier n’aura pas connu de grande variation dans l’ensemble. La catégorie clôture le trimestre avec une légère hausse de 0,7%, attribuée à l’augmentation du coût de l’enseignement. Cette dernière hausse est contrebalancée par la diminution du prix du transport, de la communication et des loisirs et culture.
Toutefois, l’indicateur d’inflation sous-jacente, qui exclut les produits à prix volatiles et les produits à tarifs publics, aurait connu au cours du mois de mars une hausse de 0,2% par rapport au mois de février. En comparaison à mars 2010, l’inflation sous-jacente a crû de 1,6%. Par répartition géographique, trimestre à trimestre, les plus fortes hausses ont concerné Casablanca (2,2%), Kénitra (2,5%), Tétouan (2,2%), Meknès (2,4%), Dakhla (2,4%) et Al-Hoceima (2,7%). La seule baisse a touché la ville de Safi (-0,1%). Ces évolutions disparates des indices des prix témoignent d’une faiblesse de répercussions des variations des prix sur l’ensemble des villes du Maroc.

IL. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc