×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

L’aéronautique a survolé le Sistep

Par L'Economiste | Edition N°:1872 Le 11/10/2004 | Partager

. La sous-traitance destinée aux industries high-tech en vogue. Le Sistep a souffert de l’existence de trois salonsPas moins de 8.000 visiteurs ont fait le déplacement au Salon international de la sous-traitance et du partenariat (Sistep) qui s’est achevé samedi dernier. Manifestement, la grand-messe des donneurs d’ordre et des sous-traitants a mûri. Elle a mobilisé cette fois-ci un public ciblé et des entreprises venues avec des attentes bien définies (externalisation, diversification des fournisseurs, maintenance et technologies de pointe…). Mais le Salon a souffert de la concurrence de trois événements importants qui se tenaient au même moment et qui ciblaient la même clientèle. Outre le Sistep, le week-end dernier a connu l’organisation du Salon du bâtiment (SIB), Belgica et les Intégrales de la franchise. Ce n’est pas la faute aux organisateurs, car le Sistep est arrêté au moins un an et demi au préalable. Mais ceci témoigne d’un manque de coordination, fait remarquer un exposant. Au-delà de ce détail non sans importance, le Sistep s’est caractérisé par la grande discrétion à la fois auprès des donneurs d’ordre que des sous-traitants, surtout dans les domaines de l’aéronautique ou encore l’automobile. Les principaux créneaux qui ont raflé la vedette sont la mécanique aéronautique, le décolletage de précision, pièces pour connecteurs, fibre optique et surtout la micromécanique destinée à des secteurs de haute technologie. “Nous avons réalisé plusieurs contacts, reste à les concrétiser”, souligne Mustapha Agro, industriel franco-marocain basé dans la zone franche de Tanger. Son entreprise EC2M est spécialisée dans la micromécanique. “Des produits destinés à l’automobile, à l’aéronautique, au domaine spatial et aux systèmes de transmission par satellite ainsi que l’électroménager”, précise Agro qui a des clients exclusivement européens. Autre activité nouvelle au Maroc, des outillages de découpe rapide. Des moules ont été présentés par Metal Plast International qui permettent de frapper la monnaie. Nouvelle aussi, la chaîne de production pour pièces métalliques qui rentrent dans des appreillages électroniques et connectiques ou encore la transformation de métaux en feuilles minces et à grande cadence. Le Salon a permis de prendre acte de nouvelles activités pointues qui se développent au Maroc. Parmi ces dernières, l’alliage léger destiné à l’aéronautique, la tôlerie fine et le traitement de surfaces. Tel est le cas de Sefcam, une société nouvellement créée au Maroc. Il faut dire que le Maroc est devenu une destination de choix dans la sous-traitance aéronautique de moyenne série, précise Noureddine Bouyakoub, commissaire général du salon. Il en est de même pour la microélectronique, l’assemblage électronique, les puces pour GSM et connecteurs de systèmes GPS (navigation par satellite). CIEA, une PME basée à Casablanca, se positionne sur cette niche et s’adresse à 100% à l’export (France, USA, Espagne et même, l’Irlande).


Quid de la maintenance?

Parallèlement au Sistep, le Symposium de la maintenance a drainé bon nombre de professionnels (ingénieurs, directeurs techniques et des achats, PME…). Selon Mehdi Daoudi, président de l’Association pour le développement de la maintenance (AMDM), le Symposium vient sensibiliser sur le coût de la non-maintenance. Cette fonction reste encore rudimentaire, mais, explique Daoudi, elle est porteuse de profit et de richesses à l’entreprise. “Elle constitue un levier de compétitivité dans un contexte d’ouverture”, ajoute-t-il. Mais cela nécessite une prise de conscience de la non-maintenance. L’intérêt du Symposium est de mettre en branle la synergie entre sous-traitants et donneurs d’ordre dans une logique de “gagnant/gagnant”.Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc