×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Koweit: Le Parlement destitue l’émir malade

Par L'Economiste | Edition N°:2200 Le 25/01/2006 | Partager

. Le gouvernement prend provisoirement le pouvoir LE nouvel émir du Koweït, cheikh Saâd al-Abdallah al-Sabah, 75 ans, a été destitué pour raisons de santé mardi 24 janvier par un vote à l’unanimité des membres du Parlement, ont affirmé des députés à la presse. “Les membres du Parlement ont voté à l’unanimité la destitution de l’émir”, a déclaré un des député. Il a indiqué qu’une lettre d’abdication de cheikh Saâd avait été reçue par le Parlement immédiatement après le vote. Le président du Parlement Jassem Al Khorafi, a expliqué que le vote de destitution était intervenu après que le Parlement eut attendu toute la journée une lettre d’abdication promise par l’entourage de cheikh Saâd. “Comme cette lettre d’abdication n’est pas arrivée, le Parlement a donné lecture au rapport médical sur la maladie de son Excellence l’émir et après s’en être assuré, il a pris la décision” de le détrôner, indique Al Khorafi. Les prérogatives de l’émir du Koweït ont été transférées provisoirement au gouvernement, a annoncé le président du Parlement.La décision devrait ouvrir la voie au Premier ministre, cheikh Sabah al-Ahmad al-Sabah, 76 ans, l’homme fort du pays depuis plusieurs années, pour devenir souverain. C’est la première fois que le souverain d’une monarchie du Golfe est destitué par la voie constitutionnelle. Le vote a eu lieu au cours d’une session extraordinaire du Parlement organisée à la demande du gouvernement, qui a essayé jusqu’au dernier moment de convaincre l’émir d’abdiquer. La session avait été reportée à deux reprises pour donner un délai supplémentaire à l’émir et à ses partisans.Le gouvernement koweïtien avait donné un ultime délai au souverain de l’émirat pour qu’il annonce enfin son abdication, faute de quoi le Parlement procèdera à sa destitution.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc