×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Kadhafi se renforce

    Par L'Economiste | Edition N°:3514 Le 22/04/2011 | Partager

    Interrogés par l’agence de presse Reuters, des experts des services de sécurité en Europe jugent une partition de la Libye probable. Mouammar Kadhafi a suffisamment renforcé son contrôle du centre et de l’ouest du pays pour éviter de perdre la guerre contre les rebelles. Les progrès récents de l’armée kadhafienne, et la faible opposition des rebelles, rendent illusoire une solution rapide au conflit. Le sentiment que les insurgés ne sont pas en mesure de contester à Kadhafi une grande partie du pays les pousse à réclamer toujours plus de soutien des armées occidentales. La France a envoyé une poignée d’officiers de liaison auprès du Conseil national de transition (CNT) pour organiser la défense de la population civile. Les Britanniques ont quant à eux dépêché en Libye une vingtaine de membres de leurs forces spéciales. Rome va également envoyer dix instructeurs à Benghazi.
    Les forces kadhafistes ont réussi à établir un statu quo dans la guerre contre les rebelles, qui semblaient contrôler il y a quelques semaines la troisième ville du pays, Misrata. Dorénavant, les belligérants se disputent l’artère principale de la ville. Et l’armée de Kadhafi sera bientôt suffisamment forte pour tenter une nouvelle offensive contre Benghazi, le bastion de l’insurrection, où des pays de l’Otan et le Qatar ont commencé à aider les rebelles. La précédente offensive kadhafiste contre Benghazi avait été arrêtée aux portes de la ville par les premières frappes de la coalition internationale, le 19 mars.
    Côté humanitaire, le Programme alimentaire de l’ONU (PAM) a commencé à acheminer par voie terrestre, via la Tunisie, de la nourriture pour 50.000 personnes dans l’extrême ouest du pays. Et à Misrata où des milliers de migrants sont toujours bloqués, un bateau humanitaire de la Croix-Rouge a accosté pour leur venir en aide.
    Les Etats-Unis soutiennent la décision des alliés d’envoyer des conseillers militaires et considèrent qu’elle va «aider l’opposition». Mais la chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, a explicitement exclu que les Etats-Unis en envoient eux-mêmes.

    K. S.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc