×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Jlec: La centrale qui produit 50% de l’électricité nationale

    Par L'Economiste | Edition N°:2838 Le 11/08/2008 | Partager

    . 25% de la capacité installée au Maroc . 3,6 millions de tonnes de charbon consommées par anJorf Lasfar Energy Compagny est la plus grande centrale thermique indépendante de la région Mena. «50 % de la consommation du Maroc en électricité provient de cette centrale», souligne Majid Iraqui, directeur général de Taqa Maroc et administrateur de Jlec.Lancée en 1997, la construction de la centrale électrique avait fait l’objet d’un montage financier impliquant ABN Amro, Bank Amsterdam, Crédit Suisse et BNP, soit une cagnotte de 900 millions de dollars pour un financement total de 1,5 milliard. Le reste étant apporté par ABB (americain) et CMS (helvetico-suédois), leaders mondiaux dans le domaine de l’énergie (www.leconomiste.com).Composée de quatre unités de 330 MW chacune, la centrale est basée sur un seul site. Combinées, ces unités représentent 25% de la capacité installée au Maroc. En 2007, l’entreprise a contribué à satisfaire plus de 44% de la demande nationale en électricité et 50% de sa production. L’électricité produite est fournie à l’ONE dans le cadre d’une concession de 30 ans. La centrale consomme environ 3,6 millions de tonnes de charbon par an (10.000 tonnes par jour), importé à 100%. Jlec entretient un stock de sécurité couvrant 35 jours de consommation. Durant les 10 dernières années, Jlec a offert des niveaux de disponibilité, en moyenne, de plus de 92%. «Ceci la place parmi les meilleures centrales thermiques du monde», s’enorgueillit Iraqui.En 2007, l’entreprise a changé de main. C’est le groupe emirati Abu Dhabi National Energy Compagny (Taqa) qui est devenu le principal actionnaire de Jlec en rachetant le groupe CMS et les parts d’ABB. L’entreprise compte actuellement 300 salariés et a décroché le trophée 2006 pour le Prix national de la sécurité au travail dans la catégorie des grandes entreprises industrielles. Dans ce sens, l’entreprise s’est engagée à une formation et un développement continu, qui représente un investissement d’environ 4 millions de DH par an. La centrale dispose aussi d’un programme de maintenance préventive qui améliore la fiabilité et permet un rendement optimal. «Chaque cycle de maintenance est assuré par plus de 750 contractants supplémentaires qui travaillent 24h/24 et 7jours/7», explique Ahmed Bayini, directeur exploitation à Jlec. Comme c’est le cas pour tous les équipements sophistiqués et complexes, des incidents peuvent se produire occasionnellement. Le taux d’arrêts forcés est maintenu à un niveau très bas de 2,98% en 2007 et à 3,1% pour 2008, la moyenne internationale étant de 4%. Pour rappel, Taqa dispose d’autres projets dans le domaine énergétique au Maroc. Elle a récemment acquis 50% de la Compagnie éolienne du détroit et elle est préqualifiée pour la construction du parc éolien de Tarfaya pour 300 MW.Saad Souleymane BOUHMADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc