×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Jet-skieurs: Fin de l'impunité?

Par L'Economiste | Edition N°:1823 Le 02/08/2004 | Partager

. La Marine marchande édicte des instructions obligatoires aux plaisanciers . Le vide juridique et l'absence de contrôle compliquent la dissuasionMettre de l'ordre dans la navigation de plaisance et surtout combattre l'insécurité autour des estivants. Chaque été, le jet-ski et autres engins de mer causent des dégâts. La Marine marchande diffuse des mesures de sécurité que doivent observer les utilisateurs d'engins nautiques de plaisance. Car le constat est que, pendant la période estivale, l'activité de plaisance nautique connaît un développement, et les accidents se multiplient dans les espaces réservés à la baignade. Plusieurs engins ne sont même pas immatriculés et, par ricochet, pas assurés. Conséquence: plusieurs infractions surviennent ainsi que des désagréments aux estivants et baigneurs dus essentiellement au manquement à des règles strictes. . Transit temporaireSelon la Marine marchande, il est interdit aux utilisateurs d'engins nautiques de naviguer dans les zones de baignade, qu'elles soient délimitées ou non. Ce que dans la pratique peu d'entre eux respectent. De même que la navigation entre le coucher et le lever du soleil ou dans de mauvaises conditions météorologiques. Le port du gilet de sauvetage est obligatoire… Ainsi, désormais, «des opérations de contrôle seront enclenchées afin de sanctionner les contrevenants», souligne un responsable à la Marine marchande. En cas d'infraction, ou à défaut d'immatriculation, c'est le retrait de la circulation, voire la fourrière, ajoute-t-il. Mais il reconnaît que la réglementation n'est pas à jour et pas toujours appliquée. Le jet-ski par exemple est très récent et la loi date de 1919. En attendant la réglementation, une circulaire de l'Equipement et du Transport mène une campagne de sensibilisation. L'objectif est d'inciter les utilisateurs de scooters et autres jet-skis à procéder préalablement à l'immatriculation de leurs engins. Ceci étant, ajoutent les responsables de la Marine marchande, «tout non-respect des règles édictées entraînera pour son auteur le retrait provisoire ou définitif de l'engin et/ou des papiers de bord».Par ailleurs, porter des marques extérieures d'identification, notamment un numéro d'immatriculation et le nom du canot, par exemple. Mais là où le bât blesse, c'est l'assurance. «Les propriétaires d'engins de plaisance sont tenus souscrire à une police d'assurance responsabilité civile», précise-t-on auprès de la Marine marchande. Et ce n'est pas tout, car il faudrait aussi être en situation régulière vis-à-vis de la législation sur les visites techniques réglementaires.Autre fait marquant de cette campagne, c'est qu'elle s'adresse également aux utilisateurs d'engins provenant de l'étranger. Autrement dit, ceux en transit temporaire. Pour cette catégorie, ajoutent les responsables de la Marine marchande, une autorisation spéciale devra faire office d'immatriculation.A. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc