×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Italie: Réforme de la loi sur l’immigration en vue

Par L'Economiste | Edition N°:2303 Le 22/06/2006 | Partager

. Meilleures conditions de renouvellement des cartes de séjour et raccourcissement des délais du regroupement familialLe ministre italien de l’Intérieur, Giuliano Amato, a annoncé mardi 20 juin son intention de modifier la loi sur l’immigration adoptée par la droite en 2002 et de proposer dans les 6 mois une réforme des centres de rétention des immigrants illégaux, selon l’agence Ansa. L’immigration est «un phénomène inexorable», «avec lequel il faut vivre», a déclaré le ministre de Romano Prodi, qui s’exprimait devant la commission des affaires constitutionnelle du Parlement. Amato a notamment jugé «absurde et inapplicable» une disposition de la loi sur l’immigration, dite Bossi-Fini, qui impose à un étranger d’être encore dans son pays pour déposer une demande d’autorisation de séjour en fournissant un contrat de travail. Amato souhaite également améliorer les conditions de renouvellement des cartes de séjour, en tenant compte des difficultés des immigrés à trouver un logement déclaré par leur propriétaire, et raccourcir les délais du regroupement familial. Il a aussi annoncé son intention de revoir la loi sur la naturalisation des étrangers afin de favoriser leur intégration. Le ministre a également annoncé son intention de proposer d’ici 6 mois au Parlement une réforme des centres de rétention, sur la base des résultats d’une commission d’enquête. Le fonctionnement de ces centres et les conditions de vie des personnes qui y sont retenues avant leur expulsion ou leur admission sur le territoire italien sont régulièrement dénoncés par les associations de défense des droits de l’home. «Les centres de rétention ne doivent pas être des prisons» et même s’ils doivent être expulsés, les immigrants clandestins ne doivent pas être traités «comme des délinquants», a déclaré le ministre socialiste. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc