×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Israël/Syrie: Pourparlers indirects de paix

    Par L'Economiste | Edition N°:2782 Le 22/05/2008 | Partager

    . Engagements d’Israël pour un retrait du Golan Après un gel de 8 ans, Israël et la Syrie ont annoncé mercredi 21 mai avoir engagé des négociations indirectes de paix sous les auspices de la Turquie. L’annonce a été faite par Israël suivie de peu par celle de la Syrie. A Ankara, le ministère des Affaires étrangères a confirmé cette médiation, en affirmant que les deux pays avaient décidé de poursuivre les pourparlers «avec détermination et continuité pour parvenir à une paix globale». Israël et la Syrie ont entamé des «négociations de paix indirectes sous les auspices de la Turquie», a annoncé Mark Regev, porte-parole du Premier ministre israélien Ehud Olmert. «Olmert s’est rendu en Turquie en février 2007 pour rencontrer son homologue Recep Tayyip Erdogan. Il avait alors été convenu que la Turquie mènerait une médiation entre Israël et la Syrie», a indiqué à l’AFP sous couvert de l’anonymat un haut responsable au bureau du Premier ministre. Selon lui, «deux conseillers du Premier ministre, Shalom Turjman et Yoram Turbowicz, se sont à plusieurs reprises rendus récemment à Ankara, parallèlement à des responsables syriens». «Le gouvernement israélien aspire à une paix globale avec les Palestiniens et les Syriens», a-t-il ajouté.Dans un communiqué, le bureau de Olmert a affirmé que «les deux parties ont déclaré leur intention de mener ces négociations de façon franche, sérieuse et ouverte pour parvenir à une paix globale, conformément au cadre fixé à la conférence internationale de paix de Madrid» en 1991. Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem, en visite à Manama, a affirmé de son côté que son pays avait «obtenu des engagements (d’Israël) pour un retrait du Golan jusqu’à la ligne du 4 juin 1967», lors des négociations indirectes.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc