×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Israël ne “se débarrassera” pas d'Arafat dans l'immédiat

Par L'Economiste | Edition N°:1602 Le 16/09/2003 | Partager

. Le nouveau calendrier d'expulsion n'est pas connuLa décision de principe d'Israël de “se débarrasser” du dirigeant palestinien, Yasser Arafat, ne sera pas mise en oeuvre dans l'immédiat, a déclaré lundi le ministre israélien des Affaires étrangères, Sylvan Shalom. “La décision du cabinet n'est pas pour une action immédiate”, a dit Shalom devant les journalistes, sans plus de précisions sur tout calendrier qui pourrait être envisagé. Le cabinet israélien de sécurité a pris jeudi dernier la décision de principe de “se débarrasser” d'Arafat, suscitant une vague de protestations dans le monde et parmi les Palestiniens qui sont descendus par milliers dans la rue en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Mais Shalom, qui s'était déclaré partisan d'une expulsion du président de l'Autorité palestinienne, a réaffirmé qu'Arafat devrait être perçu comme un obstacle absolu à la paix. “Tant qu'Arafat est au pouvoir, il n'y a aucune chance de paix avec les Palestiniens”, a-t-il dit. Un haut responsable palestinien a affirmé hier lundi que la direction palestinienne prenait au sérieux les menaces israéliennes de liquider le dirigeant Yasser Arafat, qualifiant une telle mesure de “grave erreur”. “Il y a des déclarations israéliennes publiques (en ce sens) et nous ne les prenons pas à la légère”, a déclaré à l'AFP Mohammad Dahlane, ministre délégué aux Affaires sécuritaires dans le gouvernement sortant du Premier ministre démissionnaire Mahmoud Abbas. Selon lui, Israël “veut” se débarrasser d'Arafat et “attend une occasion pour le faire”. La direction palestinienne “ne doit pas prendre à la légère tout ce qui émane du gouvernement israélien, car c'est un gouvernement de la  droite extrémiste (...) et il pourrait prendre une telle mesure”, a ajouté Dahlane. Sur un autre registre, le fondateur du mouvement islamiste Hamas, cheikh Ahmad Yassine, a échappé à un nouveau raid ciblé israélien visant à le liquider, l'armée ayant craint de porter atteinte à des équipes de télévision israéliennes se trouvant à proximité, rapporte lundi le Maariv. Selon le Maariv, les autorités israéliennes ont annulé à la dernière minute, le 7 septembre, un nouveau raid contre cheikh Yassine, au lendemain de l'échec d'une tentative de le liquider, avec d'autres membres de la direction de son mouvement, lors d'une attaque aérienne à Gaza. Des équipes des télévisions privées de la deuxième et la dixième chaînes ayant été repérées dans les parages du cheikh Yassine, l'opération a été annulée, souligne le journal.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc