×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Israël lance une offensive militaire à Gaza

Par L'Economiste | Edition N°:2308 Le 29/06/2006 | Partager

. Olmert prêt à aller jusqu’au bout. Le Premier ministre palestinien condamne cette attaqueL’OFFENSIVE lancée, le 28 juin, par Israël dans la bande de Gaza pour récupérer son soldat enlevé il y a quatre jours risque de dégénérer si celui-ci n’est pas relâché. «Nous sommes décidés à user de moyens extrêmes pour ramener notre soldat chez lui», a affirmé le Premier ministre israélien Ehud Olmert. Il a aussi exclu toute négociation avec les ravisseurs du militaire. «La vie du soldat israélien dépend de ce que compte faire Israël», a affirmé Nassereddine al-Chaer, vice-Premier ministre du gouvernement Hamas.Le caporal Shalit a été enlevé lors d’une attaque en Israël. Elle a été revendiquée conjointement par trois groupes armés palestiniens, dont les Brigades Ezzedine al-Qassam, branche armée du Hamas. Les auteurs de l’attaque du 25 juin ont exigé la libération par Israël de prisonnières et détenus mineurs en échange uniquement d’informations sur le soldat. Plus de deux régiments d’infanterie d’élite, appuyés par des blindés, des pièces d’artillerie et des hélicoptères de combat, soit quelque 5.000 hommes sont engagés dans cette opération. Mais seule une partie de ces forces est effectivement entrée dans des secteurs inhabités de la bande de Gaza. Le but est de tronçonner la région et d’isoler le secteur sud où le caporal Shalit serait détenu. «Les autres forces israéliennes mobilisées restaient pour l’heure en appui à la frontière israélienne», selon la radio militaire. Le conseiller politique au ministère de la Défense, Amos Gilad a, en revanche, laissé entendre que les opérations en cours constituent la première phase d’une offensive plus large. Le président Mahmoud Abbas condamne l’agression israélienne. il considère cette agression contre des cibles et des infrastructures civiles comme une punition collective contre le peuple palestinien», a affirmé le porte-parole de Abbas, Nabil Abou Roudeina. L’offensive israélienne intervient alors que le mouvement islamiste Hamas, à la tête du gouvernement palestinien, a fait un pas important vers la reconnaissance implicite d’Israël en signant un document d’entente nationale agréé par les mouvements palestiniens.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc