×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Israël et le Hamas nient une trêve malgré l’accalmie

Par L'Economiste | Edition N°:2734 Le 13/03/2008 | Partager

. Des tractations se déroulent par l’entremise de l’EgypteIsraël et le mouvement islamiste Hamas niaient tous deux mercredi 12 mars être parvenus à une entente pour une trêve tacite en dépit de l’accalmie régnant sur le terrain depuis 5 jours.Il n’y a pas de trêve entre Israël et les islamistes du Hamas qui contrôlent la bande de Gaza, a affirmé le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak.«Nous poursuivons notre lutte contre les tirs de roquettes depuis la bande de Gaza, et nous y mettrons fin, mais cela ne se fera pas en un seul jour (...). Il n’y a pas de trêve», a déclaré Barak. «D’autres opérations nous attendent dans le proche avenir, et la poursuite de notre lutte contre Gaza risque de provoquer l’escalade sur d’autres fronts».Barak a tenu ces propos lors d’une tournée d’inspection des troupes israéliennes déployées en bordure de la bande de Gaza, en compagnie du général Gaby Ashkenazi, chef d’état-major.Le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, non reconnu par la communauté internationale, a affirmé de son côté que «la balle est dans le camp d’Israël» concernant une éventuelle trêve, qu’il a conditionnée à l’arrêt des attaques israéliennes et à la levée du blocus imposé à Gaza.«La balle est dans le camp d’Israël. Nous ne courons pas derrière une trêve», a déclaré Haniyeh, l’un des principaux dirigeants du puissant mouvement Hamas. «Toute accalmie (trêve) doit être réciproque, simultanée et globale», a-t-il ajouté.Selon lui, si Israël accepte «de mettre fin à l’agression» et de lever son blocus, «les factions procéderont à des consultations et donneront une réponse définitive» sur la conclusion d’une trêve.Il a souligné que toute trêve devait comporter des «obligations» contraignantes pour Israël et ne pas avoir un caractère «unilatéral» engageant seulement les groupes armés palestiniens. Des tractations en vue d’une trêve se déroulent toutefois par l’entremise de l’Egypte.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc