×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Iran/Nucléaire: Ahmadinejad revient à la charge

Par L'Economiste | Edition N°:2283 Le 25/05/2006 | Partager

. Il répondra par une «claque historique» à toute agressionLE président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a déclaré mercredi 24 mai que l’Iran maîtrisait la totalité du cycle du combustible nucléaire et répondra par une «claque historique» à toute agression, alors que les grandes puissances se réunissent à Londres pour prendre une décision sur son dossier nucléaire. «Aujourd’hui, l’Iran maîtrise la totalité du cycle du combustible nucléaire, de A à Z, grâce aux jeunes scientifiques iraniens», a déclaré le président Ahmadinejad lors d’un discours à Khoramshahr, ville du Khouzistan, province frontalière avec l’Irak. Nos «ennemis cherchent à comploter et veulent diviser les Iraniens pour empêcher que le peuple obtienne ses droits», a-t-il dit. Ces «ennemis ont essayé, par des pressions politiques et en utilisant les organisations internationales (...), d’empêcher l’Iran d’obtenir la totalité de ses droits légitimes. Mais ils savent qu’ils ne peuvent pas nous porter préjudice», a-t-il affirmé. «S’ils commettent la moindre agression, ils recevront une claque historique», a-t-il ajouté. «L’énergie nucléaire est notre droit le plus absolu» ou encore «Ahmadinejad, on t’aime», a scandé la foule, en réponse au discours du président. Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Etats-Unis, Russie, France, Grande-Bretagne, Chine) et l’Allemagne étaient réunis mercredi 24 mai à Londres pour examiner les moyens de convaincre Téhéran de renoncer à enrichir l’uranium. La réunion de Londres, prévue au niveau des directeurs des affaires politiques des ministères des Affaires étrangères, devait examiner une offre européenne mêlant mesures incitatives mais aussi sanctions économiques en cas de refus de Téhéran de céder sur la question de l’enrichissement d’uranium. Les Occidentaux craignent que celui-ci ne soit utilisé à des fins militaires.Par ailleurs, le président Américain George W. Bush a assuré mardi 23 mai au Premier ministre israélien Ehud Olmert que les Etats-Unis viendraient en aide à son pays en cas d’attaque de l’Iran, lors de leur première rencontre à la Maison Blanche. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc