×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Irak: Premiers contrats d'exportation de pétrole

Par L'Economiste | Edition N°:1540 Le 16/06/2003 | Partager

. Les clients: Des pétroliers français, espagnols, italiens, turcs et américains. Le niveau de production pétrolière d'avant-guerre retrouvé d'ici la fin de l'annéeL'Irak a signé ses premiers contrats d'exportation de pétrole de l'après-guerre, mais l'oléoduc reliant les champs pétroliers du nord du pays à la Turquie était en flammes vendredi dernier, cible d'attentats selon les habitants. Bagdad a alloué cette semaine 5,5 millions de barils de brut stockés à des sociétés européennes et 4 millions de barils à des groupes américains, selon des sources industrielles. Ont été sélectionnés les pétroliers français Total (2 millions de barils), espagnols Cepsa (1 million) et Repsol, italien Eni, turc Tupras et américain ChevronTexaco. Avec cette vente, effectuée sous forme d'appel d'offres portant sur 9,5 millions de barils, le pétrole irakien va de nouveau couler sur le marché après une suspension de plus de trois mois. Les chargements se feront sur des stocks de 8 millions de barils par jour de brut de Kirkouk (nord) à lever au terminal turc de Ceyhan, sur la Méditerranée, et de 2 millions de barils par jour de brut léger de Bassorah (sud). Mais un incident est venu entacher ce retour de l'Irak sur le marché, l'oléoduc reliant les champs du nord à la Turquie était en flammes vendredi, après avoir été jeudi soir l'objet d'un attentat selon des témoins. Deux foyers d'incendie ont été vus, résultant, selon des témoins, de l'explosion de deux charges sur l'oléoduc à 15 km de l'importante raffinerie dans la ville de Baiji.Quant à la reprise des exportations de pétrole, elle devrait avoir lieu au cours de la troisième semaine de juin, selon le responsable irakien chargé de la gestion du ministère du Pétrole, Thamir Ghadhbane. Il a estimé que son pays pourrait produire 1,2 million de barils par jour en juin, et retrouver son niveau de production d'avant-guerre d'ici la fin de l'année, soit 2,4 millions de barils par jour, dont 1,7 à 1,8 million de barils pour l'exportation. En attendant, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), réunie mercredi à Doha, a maintenu inchangé son plafond de production de 25,4 millions de barils par jour, mais elle a convenu de se réunir le 31 juillet à Vienne pour réévaluer la situation en Irak. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc