×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Irak: La désignation des ministres en question

Par L'Economiste | Edition N°:1576 Le 06/08/2003 | Partager

. Bagdad souhaite renouer avec l'Iran Le Conseil du Gouvernement transitoire irakien a entamé hier mardi des discussions sur la désignation des ministres, en déterminant les critères retenus pour guider son choix, a indiqué un membre du Conseil, Mouaffak al-Roubaï. «La question n'est pas facile. Elle est très complexe et nécessite du temps«, a-t-il ajouté, espérant sans conviction qu'elle pourrait être tranchée cette semaine. Par ailleurs, l'exécutif irakien a alloué une enveloppe budgétaire de 200 millions de dollars pour réhabiliter la police irakienne. Le Conseil avait insisté pour que «la police irakienne ait un rôle important dans le maintien de l'ordre en Irak«. Une demande a été faite pour rencontrer le général John Abizaïd, chef du commandement central des forces américaines (Centcom), afin d'examiner avec lui cette question. Par ailleurs, et sur le plan diplomatique, Bagdad «souhaite ouvrir une nouvelle page avec l'Iran et établir des relations de confiance mutuelle et de bon voisinage« avec ce pays, a déclaré Roubaï. Une délégation officielle iranienne, conduite par un haut responsable du ministère des Affaires étrangères, Hossein Sadeqi, s'est entretenue avec le Conseil de Gouvernement. Cette visite est la première en Irak de responsables iraniens depuis la chute du régime de Saddam Hussein, le 9 avril.La coalition, pour reconstruire une nouvelle armée irakienne, a annoncé que quelque 400 recrues avaient pris la direction du nord de l'Irak pour subir un entraînement, afin de devenir les premiers soldats de cette armée. Les anciens officiers supérieurs à partir du grade de colonel sont exclus de la nouvelle armée, ainsi que ceux qui appartenaient aux échelons élevés de l'ancien parti Baas.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc