×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Investissements: Le boom du premier semestre

Par L'Economiste | Edition N°:1552 Le 02/07/2003 | Partager

. Le montant des investissements pour cette période s'élève à 7,4 milliards de DH . Quatre conventions signées hier dans le tourisme. Aéronautique, cinéma et centres d'appels, les nouveaux secteurs porteursDriss Jettou a imprimé un rythme rapide à la Commission des investissements dont il préside la destinée. Après la sidérurgie et la métallurgie avec Sonasid et Maghreb Steel la semaine dernière, le voilà qui s'attaque au tourisme. Le Premier ministre a signé hier quatre conventions d'investissement pour la rénovation et l'extension de plusieurs unités hôtelières.C'est une réaction positive face à la frilosité développée dans certains milieux, à la suite des événements dramatiques de Casablanca. Aujourd'hui, incontestablement, la meilleure réponse aux attentats du 16 mai est de multiplier les initiatives pour mener de bout en bout les projets créateurs de richesse et d'emplois. Il est impératif de ne pas baisser les bras et le Premier ministre montre la voie. Ainsi, la première convention concerne le groupe Tikida Hôtels. Il s'agit du projet de rénovation de Tikida Oumnia, un hôtel d'une capacité de 450 chambres pour un investissement total de 338 millions de DH. Le projet prévoit la création de 360 emplois. Rappelons que le groupe a déjà réalisé des investissements de l'ordre de 880 millions de DH ayant permis de créer 1.010 emplois.La deuxième convention d'investissement porte sur la rénovation d'unités hôtelières du groupe français Fram. En fait, il s'agit d'un avenant à la convention signée en 2000 pour la rénovation et la gestion libre de Karam Palace, un hôtel de 300 lits à Ouarzazate et Réda, un établissement de 300 lits. 15 millions de DH seront nécessaires pour cette opération. L'investissement déjà réalisé s'élève à 540 millions de DH pour 740 emplois permanents créés. Le programme initial comprenait la construction de quatre hôtels 4*. Un premier sur l'axe Rabat-Casablanca avec 300 lits, un deuxième à Ouarzazate, un troisième à Erfoud et un quatrième à Marrakech. Ceux-ci ont une capacité de 400 lits chacun. A cela s'ajoute la rénovation des Dunes d'Or à Agadir et les Idrissides de Marrakech. La troisième convention a trait au réaménagement de l'hôtel Mansour Eddahbi et du Palais des Congrès à Marrakech. Le chantier nécessite un investissement de 203 millions de DH avec une capacité de 442 chambres et 4.281 places de congrès. Les emplois générés sont de l'ordre de 400. La dernière convention intéresse la société Chafarina's Beach Sarl. Il s'agit en fait d'un avenant au contrat d'investissement, signé en juin 2002, pour un investissement de 25 millions de DH. Le projet est initié par un MRE installé en Belgique, qui a décidé de construire ce complexe touristique dans une zone enclavée, près d'Al-Hoceïma.Selon la direction des investissements, les montants engagés au cours de ce premier semestre s'élèvent à 7,4 milliards de DH, contre 1,95 milliard pour la même période de 2002. Pourtant, la Commission d'investissements ne s'est réunie que trois fois durant ce premier semestre. 46 projets ont été examinés pour valider des conventions d'investissement ou lever des entraves à leur réalisation. Pour Hassan Bernoussi, directeur des investissements, cette progression vertigineuse s'explique par la baisse sensible du nombre d'interlocuteurs en matière d'investissement. Le circuit d'investissement est simplifié et le Premier ministre est directement saisi. Les projets sont reçus, traités et soumis à Jettou avec qui le contact est direct. D'ailleurs, à chaque fois qu'un investisseur souhaite le rencontrer, le rendez-vous est pris. La direction des investissements compte lancer de nouveaux secteurs porteurs qui, jusqu'ici, ne présentaient pas d'intérêt. Il s'agit de l'industrie aéronautique, du cinéma et les nouveaux centres d'appels.D'autres éléments expliquent cette accélération. Bernoussi évoque la meilleure organisation et coordination avec les centres régionaux d'investissement (CRI). Une relation directe entre la direction des investissements et les CRI qui ont donné un support au niveau de la région et fluidifié le processus d'investissement. L'examen du tableau sur le bilan des investissements au premier semestre 2003 montre la prédominance de Casablanca comme destination des investisseurs, suivie de près par Tanger. Les infrastructures et les avantages mis en place expliquent l'engouement des investisseurs pour ces deux zones. En outre, l'écrasante majorité des projets sont des créations d'entreprises qui ont généré plus de 9.000 emplois. Les extensions et les reprises ne représentent que le tiers. L'origine des investissements reste le Maroc, suivi par la France. Mais le plus gros investissement est celui de Tahaddart issu d'un montage Maroc-Espagne-Allemagne pour mobiliser 2.608,3 milliards de DH. Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc