×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Investissements industriels agréés en novembre : 44% tournés vers le secteur chimique

    Par L'Economiste | Edition N°:117 Le 17/02/1994 | Partager

    Le montant des investissements visés conformes en novembre 1993 s'est élevé à 859 millions de DH, en hausse de 33 % par rapport au mois précédent, mais en recul de 2% sur novembre 1992. Ce montant est réparti entre les promoteurs privés marocains et étrangers à hauteur de 79 et 21% respectivement. La participation du secteur public est donc nulle.

    Les 285 projets ayant reçu le visa du Ministère du Commerce et de l'Industrie, dont 89 créations et 196 extensions, nécessitent des dépenses en devises de 507 millions de DH, soit 28% de plus qu'en septembre et 5% de moins qu'en novembre 1992. Ils sont en outre financés à 49% par des fonds propres, 36% par crédits bancaires, 5% par crédits fournisseurs et enfin 10% par leasing. Sur les 285 affaires initiées, 54% visent l'exportation d'une partie ou de la totalité de leur production et 47% constituent des petites et moyennes industries (PMI).

    En terme d'emploi, ces projets sont susceptibles de créer 5.532 postes, ce qui représente une baisse de 33% par rapport à novembre 1992. L'investissement moyen par dossier s'établit donc à 3 millions de DH pour la création de 19 emplois nécessitant chacun 155.000 DH l'an.

    Les dossiers des PMI visés conformes totalisent un investissement de 119 millions de 1DH, dont 65 en devises et doivent générer 2.505 emplois (45% du total) pour un coût moyen annuel par emploi de 47.000DH. La répartition par secteurs des affaires initiées est pratiquement la même que celle du mois précédent. Ainsi, ce sont les industries chimiques et parachimiques qui ont prédominé avec 44% du montant total investi, 28% des emplois créés et 25% du nombre de dossiers. Elles passent donc devant les industries textiles et du cuir (20, 37 et 31%), les entreprises à caractère industriel (15,15 et 13%) et les industries agro-alimentaires (11, 6 et 12%). Ces trois secteurs sont suivis par les entreprises métalliques et parachimiques (7,11 et 12%), les industries électriques et électroniques (2,1 et 2%) et enfin par les entreprises de service lié à l'industrie(1,2 et 5%).

    Il ressort, par ailleurs, de la distribution régionale des investissements que la ville de Casablanca reste en tête avec 269 millions de DH (31% du total investi), 1.969 emplois (36%) et 120 dossiers (42%). Elle est suivie de Settat (16,8 et 4%), de Tétouan (13, 6 et 3%) et enfin de Sidi Kacem (7,4 et 1%).

    La répartition des investissements étrangers, elle, (178 millions de DH, soit 21% du total) met en relief une importante participation des promoteurs espagnols. Celle-ci s'élève à 65 millions de DH, soit 37% du total étranger et 17,6% du total investi et concerne pour 50% les entreprises à caractère industriel. Avec des intentions d'investissement de 46 millions de DH majoritairement (96%) portées sur les entreprises à caractère t industriel, les promoteurs italiens passent largement devant les Français qui totalisent 24 1 millions destinés à hauteur de 33% aux industries chimiques et parachimiques. La Syrie arrive en quatrième position avec 12 millions de DH, dont 75% absorbés par les industries chimiques et parachimiques. Enfin, le choix des autres promoteurs étrangers s'est concentré sur le textile et le cuir (71%).

    H. E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc