×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Investissements 2003: Près de 15.000 nouveaux emplois

Par L'Economiste | Edition N°:1673 Le 30/12/2003 | Partager

. Le tiers des emplois créés par le textile-habillement. L'année a connu une hausse de 39,5% en nombre de projets par rapport à 2002“Le bilan des investissements pour 2003 est plus que favorable”. Le rapport de la commission des investissements pour l'année qui prend fin, établi suite à la réunion tenue mercredi 24 décembre sous la présidence du Premier ministre Driss Jettou, est pour le moins optimiste. En témoignent le nombre de projets approuvés ainsi que le niveau de la croissance et des emplois créés. Aussi, la commission des investissements présidée par le Premier ministre a-t-elle approuvé 53 projets contre 38 en 2002, pour un montant de plus de 12 milliards de DH. Ces projets ont permis la création de 14.569 emplois stables et directs, soit 60% de plus que pour 2002 (8.929). La répartition des projets d'investissement agréés par secteur d'activités révèle la prédominance du secteur de l'énergie et des mines, avec un montant d'investissement de 5,1 milliards de DH. Cette somme constitue 43% du montant d'investissement total avec seulement 5 projets et 2% d'emplois créés. Le secteur du tourisme, quant à lui, vient en seconde place avec un montant fixé à 2,3 milliards de DH, soit 19% du montant d'investissement global. Au total, ce sont donc 9 projets qui permettront la création de 2.322 emplois (26% des emplois créés).Le secteur cuir et textile est prédominant en matière de création d'emplois. Ce sont ainsi 4.887 personnes qui ont été embauchées représentant plus du tiers des créations, soit 33% du total des emplois créés. Le secteur a également enregistré la création de 18 projets, soit 34% du nombre total des projets. Par ailleurs, la répartition des projets par pays d'origine révèle la prédominance des investissements proposés par des investisseurs nationaux. L'analyse de la commission s'est appuyée sur trois critères: nombre des projets, montant d'investissement et nombre d'emplois. Avec 26 projets (49% du total), un montant d'investissement de 5,98 milliards DH et 6.683 emplois créés, les opérateurs marocains ont bel et bien raflé la mise. Et ce sont les pays de l'Union européenne qui occupent la seconde position. Ces pays ont investi au cours de l'année 2003 à hauteur de 2,9 milliards de DH, soit 24% du montant global des investissements. Ils ont ainsi participé à la création de 4.341 emplois, le tout rassemblé dans 19 projets. Les projets de partenariat entre des investisseurs marocains et étrangers représentent 24% du montant total d'investissement (2,8 milliards de DH), 21% du nombre total d'emplois (2.995 postes) et 11% des projets.Concernant ce point particulier des investisseurs étrangers, le rapport confirme l'omniprésence des investisseurs français et italiens. “En matière du montant d'investissement, les projets français et italiens sont les plus présents parmi les investissements purement étrangers agréés par la commission des investissements avec respectivement 7 et 8%. Viennent ensuite l'Espagne, les Emirats arabes unis et le Portugal, atteignant respectivement 5, 4 et 3% des investisseurs”, soutient le rapport.Sur un plan comparatif, les investissements ont connu donc une augmentation de 39,5% en nombre de projets par rapport à 2002. Et c'est la création d'emplois qui remporte les suffrages: elle a atteint les 63,2%. En revanche, le montant global des investissements a baissé de 1,9%. Cette baisse s'explique, selon le rapport de la commission, par l'agrégation en 2002 d'un projet exceptionnel d'un montant de 6,8 milliards de DH d'Itissalat Al-Maghrib. Toutefois, continue le rapport, en excluant ce projet, la baisse devient une augmentation de 54,4 milliards de DH.Par ailleurs, le Fonds Hassan II pour le développement économique et social a joué “un rôle moteur et déterminant”, selon la commission des investissements. Dans cette optique, les projets agréés dans le cadre de ce dispositif sont au nombre de 25 pour un investissement de l'ordre de 377,6 millions de DH. Un montant qui projette la création de 6.272 emplois. La contribution financière de l'Etat accordée à ces projets est fixée à 34,7 millions de DH. Cet apport est pris en charge par le Fonds dans le cadre d'une enveloppe budgétaire de 595 millions de DH, destinée à appuyer des projets de développement industriel. Et ce, dans les secteurs de l'électronique, la sous-traitance automobile, le textile, le cuir et les activités de préservation de l'environnement. N. Be

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc