×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Inspirée de l'expérience de trois pays : Paribas lance en France la première banque sans guichet

    Par L'Economiste | Edition N°:145 Le 15/09/1994 | Partager

    La "Banque Directe" de Paribas. dont la création a été officiellement annoncée le jeudi 8 septembre, a démarré son activité le lundi 12.

    Logée dans une nouvelle entité baptisée "Banque Directe" et capitalisée à 100 millions de Francs, cette banque est détenue à 95% par la Compagnie Bancaire et à 5% par le Crédit du Nord. La Compagnie Bancaire est la maison mère de Cortal, la Banque d'épargne et de placement de Paribas, et Crédit du Nord constitue la banque à réseau du groupe.

    Concrètement, la Banque Directe ne dispose d'aucun guichet mais fonctionne unique ment grâce au téléphone, au Minitel, au fax ou à d'autres courriers. Elle reste ouverte 24 heures sur 24 et six jours sur sept. Ses effectifs, qui seront appelés à croître en fonction du succès de l'activité, se chiffrent à 47 personnes.

    La cible de la "Banque Directe" est constituée d'une population citadine, plutôt jeune et dont le comportement n'est pas compatible avec les horaires et les contraires des agences bancaires, indiquent les quotidiens français.

    Selon un sondage réalisé par le Boston Consulting Group (BCG) auprès de 35 banques internationales, "le téléphone est le moyen de contact de la clientèle appelée à la plus forte croissance".

    Si l'expérience de Paribas, inspirée de celles déjà réalisées en Espagne, en Allemagne et surtout en Grande-Bretagne, réussit, elle constituera un danger jugé important pour les grandes banques à réseau, de l'avis des analystes. Elle risque également de réduire la compétitivité globale des agences bancaires, vu que l'un des arguments commerciaux pour vendre le nouveau concept consiste à partager avec les clients les économies tirées de l'absence de réseaux. Celle-ci implique en effet l'inexistence de jour de valeur, d'agios sur les petits découverts autorisés et de frais pour les virements et les chéquiers. La filiale de Paribas s'engage en outre à prendre en charge la moitié de la communication pour les appels de province...).

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc