×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Ingénierie et conseil en mécanique : Carbotime: De l'ingénierie à la fabrication mécanique

Par L'Economiste | Edition N°:65 Le 04/02/1993 | Partager

Quand une machine tombe en panne, l'importation des pièces mécaniques pose des problèmes de délais et de coût. Carbotime, un bureau d'étude et d'ingénierie en mécanique, a augmenté son capital. Objectif, se donner les moyens pour l'introduction de technologies nouvelles pour la production locale.

Carbotime, un bureau d étude et d'ingénierie en mécanique, vient de procéder à une augmentation de capital. Celui-ci est passé de 10.000 à 1 millions de Dirhams. En plus de l'actionnaire principal, des privés marocains et étrangers participent au tour de table à concurrence de 50%. En entrant dans le capital, un grand groupe marocain (50% des participations) entend donner un nouvel élan à cette société de conseil et d'ingénierie.

La création de Carbotime remonte à 1992. Le cabinet offre des services de conseil et procède à l'étude pour la fabrication de pièces mécaniques. De plus, il peut assurer la livraison de moyens de fabrication, notamment la machine à commande numérique, la visualisation des machines-outils, les outils de coupe carbure, les outils de coupe en acier rapide et les accessoires et pièces détachées des moules. Outre ces activités, Carbotime se propose de sous-traiter la production de la pièce mécanique et "garantit une qualité de fabrication, de traitement et de choix de matières équivalents aux constructeurs et fabricants étrangers", indique M. Khalid Bennis, le Directeur de la société. Cependant, il tient à préciser que la vocation principale de la société reste le conseil et l'ingénierie en mécanique. "L'adjonction des activités commerciale et de sous-traitance de la fabrication de pièces mécaniques n'est qu'un moyen de renforcer l'introduction des nouvelles technologies de production de pièces mécaniques", explique-t-il. Ainsi, le cabinet devrait se consacrer à moyen terme à son activité principale. Toutefois, la réalisation de cet objectif dépend en partie de la production locale de pièces mécaniques à laquelle est lié le métier de conseil.

Pour son premier exercice. Carbotime a réalisé un chiffre d'affaires de 2,5 millions de Dirhams. Ce Chiffre d'affaires atteindrait 5 millions en 1993, d'après les prévisions des dirigeants. Le cabinet, qui est actuellement installé à Mohammedia, devrait incessamment transférer ses bureaux à Casablanca, "pour être à côté des industries", indique le Directeur. Carbotime envisage par ailleurs de consacrer plus d'un million de Dirhams à la mise en place d'un système de conception assisté par ordinateur (CAO) relié à une machine à commande numérique de fabrication de pièces mécaniques. Par cet investissement les dirigeants espèrent démontrer aux industriels la "fiabilité et la performance de cet outil de production" et les amener à s'y intéresser davantage.

La volonté de pousser Carbotime et d'encourager la production locale de pièces mécaniques n'est pas étrangère à la politique de diversification de l'actionnaire principal à l'intérieur du secteur des Industries Métallurgiques, Mécaniques et Electriques (IMME). Certes, la participation d'un groupe industriel dans le capital d'un cabinet d'étude peut paraître secondaire relativement à ses différentes activités. Cependant, en investissant dans le savoir-faire, ses dirigeants entendent donner une nouvelle impulsion à une activité qui reste encore un des "parents pauvres" des services liés à l'industrie locale.

Pourtant, le métier de conseil doit être mis à sa "juste place" dans le contexte actuel de l'économie marocaine. Pour cause, la bataille de la compétitivité s'oriente de plus en plus vers la recherche et la mise en place d'unités industrielles performantes. Par conséquent, la production de la pièce mécanique constitue un des maillons essentiels de la chaîne, alors que, "l'industriel marocain continue encore de s'approvisionner en pièces mécaniques à l'étranger, par habitude", souligne M. Bennis. Et de poursuivre, "actuellement, les moyens technologiques existants permettent de produire sur place la plupart des pièces mécaniques destinées à l'industrie avec à la clé des économies de coûts et de temps appréciables".

L'actionnaire principale poursuit donc sa politique de développement en s'intéressant davantage à des métiers complémentaires. Avec le conseil en mécanique, il se place plus en aval dans le secteur des IMME. Une démarche qui fait "découvrir une mutation progressive dans l'esprit d'un certain nombre d'industriels marocains qui ont opté résolument pour la haute technologie, garante de la compétitivité", souligne M. Bennis.

A.D.N.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc