×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Infrastructures et formation
    La double clé du succès

    Par L'Economiste | Edition N°:2754 Le 11/04/2008 | Partager

    . Zones dédiées et télécoms de top niveau, pièces maîtresses de l’offre. 650.000 jeunes bac+2, bac+4 formés d’ici à 2013 par l’OFPPTL’ambition affichée par le Royaume de devenir le n°1 de l’offshore euro-méditerranéen exige bien sûr que les structures d’accueil de qualité soient suffisantes, et que les personnels suffisamment nombreux soient formés en conséquence.Ainsi, après la livraison de la première tranche du site de Casanearshore (qui totalisera 300.000 m2 de bureaux et services dédiés sur 53 ha), les sites de Tanger, Fès et Marrakech sont en projet, et celui de Rabat déjà en cours de réalisation. «Nombre de nos filiales sont mobilisées afin que la livraison des infrastructures se fasse selon le plan de marche», souligne Mustapha Bakkoury, DG de la CDG et coprésident du GIEFM. Principal opérateur en la matière, MED Z, filiale de la CDG, était représentée par son président du directoire, Mohamed Ali Ghannam. «Notre offre est globale: les plateaux, les télécoms, les services. L’offre télécoms, opérée avec notre partenaire dédié Otéo, filiale à 100% de Wana, se situe aux plus hauts standards internationaux, et à des prix inférieurs de 35% à ceux du marché hors site; les bureaux, pour un très modique loyer mensuel de 8 euros HT le m2 + 15 % de charges, sont tous HQE (Haute qualité environnementale) et bénéficient d’un environnement multiservices: guichet administratif unique, restaurants, centre d’affaires, fitness... La première tranche est totalement réalisée et occupée à 100%. L’offre sur le site croîtra de 50.000 m2 supplémentaires par an, jusqu’en 2012».Rabat Technopolis, livrable en septembre 2008, totalisera quant à elle 200.000 m2 de bureaux dédiés à l’externalisation, mais aussi à la R&D des TIC, aux nano et biotechnologies ainsi qu’aux médias. 87% des surfaces sont déjà réservées. Répondant à une question de la salle, Nabil Kharroubi, directeur du CRI de Rabat, releva que la vocation du site Technopolis, par sa diversité, s’inscrit plus dans la complémentarité que dans la concurrence à Casanearshore. Hamid Benlafdil, directeur du CRI de Casablanca, confirme cet état d’esprit, et ajoute: «Nous avons cartonné à Casa, disons-le clairement! C’est la preuve de notre bon positionnement stratégique, l’offshore étant la première déclinaison du plan Emergence. Mais nous devons, tous ensemble, améliorer encore notre communication, affirmer haut et fort à nos prospects que pour leurs externalisatons, “c’est au Maroc qu’il faut venir”!»Pour tenir ses objectifs d’emploi et de parts de marché sur l’externalisation, le Maroc devra former rien moins que 10.000 ingénieurs et 21.000 techniciens sur trois ans. Un impératif absolu, car désormais le souci de trouver des ressources humaines suffisantes sur place est la première préoccupation des investisseurs du secteur.Pour relever ce grand défi, le Royaume ne lésine pas sur les moyens. C’est le message que la délégation marocaine s’est employée à faire passer aux participants. Ainsi, Larbi Bencheikh, DG de l’OFPPT, a-t-il décliné les objectifs de son organisme qui assure 85% de la formation du secteur public: «Nous tenons l’objectif qui nous a été assigné en 2003, soit la formation de 400.000 stagiaires bac+2 ou bac+4, à l’échéance de juin 2008. Nous ouvrons de nouveaux établissements, nous investissons 30 millions d’euros. D’ici à 2013, nous programmons de former 650.000 jeunes de plus.»Hafid Kamal, DG de l’Anapec, a annoncé l’ouverture d’agences dédiées sur les principaux sites (Casablanca et Rabat) ainsi que d’une antenne-guichet sur les autres, afin d’être au plus près, à l’écoute des besoins. Il a également décliné les avantages des contrats d’insertion pour les bac+4, contrats par lesquels les entreprises bénéficient d’une exonération de charges sur trois ans, et de 6.000 dirhams par mois de prime formation par emploi. Le financement de ce dispositif est assuré pour 21.000 emplois, soit 150 millions de DH (13 millions d’euros). Enfin, une prime de formation s’élevant jusqu’à 35.000 DH est mise à disposition pour adpater la formation des employés aux compétences requises dans l’entreprise. Et cette prime échappera aux lenteurs administratives car, Hafid Kamal s’en est porté garant, «la validation d’un dossier déposé ne prendra que... 24 heures! Elle pourra même se faire en ligne, par Internet». Difficile d’imaginer plus rapide, en effet!


    Elles ont déjà choisi le Maroc

    A Casanearshore : Tata, Cap Gemini, Hps, Mediha, Bull, Logicacmg, BDSI, GFI… 33 entreprises ont déjà signé des contrats de bail. A Rabat Technopolis: plusieurs sociétés ont signé ou sont en cours de négociation de promesses de bail. C’est le cas de EDS, Mu-electronics, Axa, Alcatel, AB Consulting…A. M.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc