×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Industrie: Climat des affaires globalement moyen

    Par L'Economiste | Edition N°:3514 Le 22/04/2011 | Partager
    C’est le sentiment de 65% des entreprises sondées par BAM
    L’accès au financement: toujours pas évident

    65% des industriels estiment que le climat général des affaires est moyen, 21% étant globalement bon et 14% le considèrent médiocre. Ce sont ainsi, en substance, les principaux résultats de la dernière enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib pour le premier trimestre relative aux industries. Résultat : un solde positif de 7%. Ce jugement concerne l’ensemble des branches, à l’exception de ceux des industries mécaniques/métallurgique. Mieux, ils anticipent un climat favorable des affaires pour le prochain trimestre avec un solde d’opinion de 57%.
    Au niveau des conditions de production, les entreprises sondées estiment la situation quasi normale. Que se soit au l’approvisionnement (81%), le niveau des stocks de matières premières ou encore le climat social (93%), les industries considèrent les conditions assez correctes. Néanmoins, l’effectif global employé a enregistré une baisse d’un trimestre à l’autre. A court terme, il devrait stagner dans les industries du textile/cuir, baisser dans les industries électriques/électroniques et augmenter dans les autres branches.
    Le coût unitaire de production a pour sa part augmenté au cours du premier trimestre 2011, avec un solde d’opinion de 40%, en baisse de 12 points de pourcentage d’un trimestre à l’autre. «Cette progression a concerné ainsi l’ensemble des branches», indique BAM.
    Les résultats de l’enquête font ressortir une situation normale des trésoreries au cours du premier trimestre pour 58% des entreprises. Elle est inférieure à la normale pour 40% et supérieure à la normale pour 2% des entreprises, pour un solde d’opinion négatif de 38%. «Les trésoreries ont été affectées essentiellement par les charges non financières, les difficultés de recouvrement et les impôts».
    Du côté du financement, les dépenses d’investissement se sont inscrites en hausse d’un trimestre à l’autre avec un solde de 31%, en liaison principalement avec l’augmentation des investissements dans les industries électriques/électroniques. À très court terme, les industriels anticipent la poursuite de la progression des investissements avec un solde de 43%.
    Par ailleurs, les industriels favorisent l’autofinancement avec 52% du montant investi, suivi du crédit bancaire avec 40% et du crédit-bail avec 6%. L’augmentation de capital vient en dernière place avec 1%.
    Cependant, l’accès au financement bancaire reste toujours difficile au cours du premier trimestre avec un solde d’opinion négatif de 29%. A cet effet, les entreprises enquêtées estiment globalement que le coût de crédit demeure élevé, principalement dans les industries du textile/cuir et les industries chimiques/parachimiques.

    R. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc