×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Immobilier
Le groupe KLK se lance dans la construction écolo

Par L'Economiste | Edition N°:3360 Le 13/09/2010 | Partager

. Deux projets en cours à Marrakech et Casablanca. Dans la ville ocre, le coût du projet est de 1,2 milliard de DH. Récupération des eaux, stations de traitement et efficacité énergétiqueImpensable il ya quelques années, l’habitat écologique démarre timidement. En tout cas, certains promoteurs n’ont pas hésité à investir ce créneau pour lequel le consommateur n’est pas encore sensible. Mais c’est connu, le bâtiment est l’un des plus gros consommateurs de ressources naturelles et participe de manière significative aux émissions de gaz à effet de serre qui affectent le changement climatique. Dans cette nouvelle tendance écolo, le groupe KLK figure parmi les premiers promoteurs à franchir le pas avec son projet Jennate Zaitoune à Marrakech (riverain à la Palemeraie). Lancé depuis deux ans, ce projet qui sera achevé dans deux mois s’inscrit, selon Rachid Khayatey Houssaini, PDG du groupe, «dans le cadre des constructions durables». A Casablanca, le groupe s’apprête aussi à démarrer un chantier sur près de 10 hectares du côté de Bouskoura. Les «Champs de Bouskoura» devraient reprendre les mêmes innovations introduites au niveau de Jennate Zaitoune et qui se sont soldées par un surcoût de 15 à 20%. Partant du constat que les circuits promenade sont souvent oubliés, le groupe KLK a misé dessus. Une option qui engendre des voieries et des coûts en infrastructure. «Par la dimension urbanistique nous avons cherché un aménagement spécifique. Nous avons par exemple doté ce projet d’une piste cyclable de plus de 3 kilomètres avec une hiérarchisation des voiries au profit du piéton», soutient Khayatey. D’une superficie de 54 hectares, le projet du groupe à Marrakech compte des appartements, des villas, des appart-hôtels, un hôtel et des équipements (centre de santé, écoles privées, etc.). D’un coût de près de 1,2 milliard de dirhams, il est doté d’un bassin de récupération des eaux pluviales qui serviront de réserve pour l’arrosage. Une station de traitement des eaux usées est également mise en place. A côté de ces innovations, les constructions elles-mêmes sont conçues pour consommer le moins d’énergie possible, avec la garantie d’une certification internationale par le cabinet français Diagamter. L’efficacité énergétique est la colonne vertébrale des constructions de nouvelle génération. Le ministère de l’Energie prépare d’ailleurs un cahier des charges destiné aux BTP. Sur le projet initié à Marrakech, les constructions sont également dotées d’une isolation périphérique du bâtiment c’est-à-dire même au niveau de la dalle et du sol. Ce qui permet d’éviter les déperditions de chaleur de la base du bâtiment. Les constructions comptent aussi le double vitrage dont le profilé en aluminium est spécifique et permet d’éviter les ponts thermiques ainsi qu’une climatisation compartimentée. Le groupe KLK a également mis en place des dispositifs d’économie d’eau. Ainsi les chasses d’eau par exemple sont dotées de trois niveaux d’utilisation. Côté gestion du chantier, le groupe a procédé à la récupération des déchets qui rentrent dans le cadre du paysage général. «Par exemple, toutes les briques cassées ont été concassées et utilisées pour décorer les oliviers», soutient Khayatey.


Photovoltaïque

LE solaire est une composante importante des projets écolos du groupe KLK. Sur son projet de Marrakech, il a travaillé sur un éclairage public solaire. Mais il s’est heurté à trois difficultés. La première est que le photovoltaïque n’a pas été accepté par la commune parce qu’elle ne dispose pas de la technicité nécessaire dans ce domaine. «Nous sommes en train de voir dans quelle mesure nous pourrions faire une gestion commune», affirme Khayatey. Le deuxième est d’ordre financier et a été absorbé par le budget dont le projet est doté. La seconde relève de la sécurité. «Les lampadaires nécessitent des batteries qui sont à même le sol et qui malheureusement dans l’échantillon que nous avons mis ont été volés à plusieurs reprises», révèle le PDG de KLK. K. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc