×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Immobilier professionnel
Le mètre carré plus cher qu’à Casablanca

Par L'Economiste | Edition N°:2267 Le 03/05/2006 | Partager

. La contagion de la métropole est visible sur les tarifs . L’étroitesse de l’offre et la spéculation entretiennent cette tension LES promoteurs de l’immobilier professionnel et commercial dans la capitale sont quasiment de nouveaux pétroliers. Les prix du mètre carré ont largement rattrapé les fourchettes qui se pratiquent à Casablanca et dans beaucoup de cas, ils leur sont même supérieurs. Dans la métropole économique, les plateaux de bureau se négocient entre 8.000 et 15.000 dirhams le mètre carré selon le standing et la situation. A Rabat, la base de discussion est de 10.000 dirhams le mètre carré et peut atteindre 15.000 dirhams, confirme Hicham Baiz, responsable Marketing et Communication à la Compagnie générale immobilière (CGI). La capitale et sa région sont incapables de répondre à la forte pression de la demande en immobilier professionnel qui explose avec l’implantation des entreprises, des franchises et de TPE dans les services. A Agdal, notamment sur l’avenue que les Rbatis appellent leur «Champs Elysées» (Fal Ouled Omeir), impossible de trouver des locaux commerciaux à des tarifs abordables. Il faut compter entre 8.000 et 12.000 dirhams le mètre carré pour les propositions les plus compétitives sauf à accepter de payer un important «pas de porte».Hay Riad est tout simplement inaccessible tant le standing a été complètement revalorisé avec l’arrivée de grandes administrations dans le quartier. Les tout premiers résidents se frottent la main, tant leur villa ou appartement a pris de la valeur. Le prix du mètre carré, dans ce qui est aujourd’hui le quartier général de l’Administration marocaine et de grands établissements publics, varie entre 12.000 et 15.000 dirhams, selon un agent immobilier de Rabat. C’est 4.000 dirhams au-dessus du quartier Hassan (8.000 à 10.000 dirhams) un peu moins coté il est vrai, mais seulement à moins d’un quart d’heure. Dans un quartier «historique» comme l’Océan, cet embrasement tarifaire est moins visible. C’est vrai que l’on est déjà presque dans «Rabat non utile». La fourchette des prix va de 6.000 à 7.000 dirhams/m2, celle-ci restant une indication car il n’est pas rare de trouver des terrains vendus à 10.000 dirhams/m2», soutient un responsable d’une agence immobilière. Quant à Témara et Salé, elles emboîtent le pas à Rabat. Selon Ali Guedira, le prix du logement économique a triplé par la «contagion» de la flambée des prix à Rabat. Le mètre carré varie entre 1.500 et 1.600 dirhams. Quant à l’habitat collectif (R+3 et R+4), son prix se situe autour de 6.000/7.000 dirhams/m2. Idem pour l’immobilier professionnel.Cette situation s’explique par la rareté du foncier. Le noyau central de la ville est saturé, même les zones «villas» ouvertes à l’habitat collectif ont été valorisées, confie Ali Guedira, directeur central chargé des Affaires techniques au ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme. Salé est également confrontée à un problème de rareté de terrains. Elle ne dispose pas de possibilité d’extension puisqu’elle est limitrophe à des zones agricoles. Quant à Skhirat, elle est considérée beaucoup plus comme une zone rurale qu’urbaine. Pour pallier ce manque, de nouvelles zones ont été ouvertes à l’urbanisation. C’est le cas de la nouvelle ville de Tamesna et du plateau d’Akreuch qui vont alléger la pression sur la région (voir article page XVI bas). Mis à part le problème du foncier, l’offre au niveau de Rabat se caractérise aussi par l’inadéquation entre les besoins fonctionnels des investisseurs et les prestations offertes. Cette offre est pour l’essentiel concentrée au niveau du quartier Agdal et Hay Riad où de nombreuses administrations publiques ont choisi de s’établir.K. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc