×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Immigration: Des équipes de secours en formation

Par L'Economiste | Edition N°:2324 Le 21/07/2006 | Partager

. Il s’agit d’experts mobilisables dans les 10 joursLa Commission européenne a proposé le 19 juillet à Bruxelles de former des équipes d’experts qui viendraient au secours des pays confrontés à des arrivées massives d’immigrants, comme actuellement Malte et l’Espagne. Selon le commissaire à la Justice, Franco Frattini, il s’agirait d’experts nationaux mobilisables rapidement par la nouvelle Agence européenne des frontières, Frontex. “Notre plan est d’avoir entre 250 et 300 personnes dans les Etats membres, qui seraient capables d’intervenir dans les dix jours suivant une requête”, a expliqué le commissaire. Ces équipes de «secour» seraient constituées de gardes-frontières, de spécialistes d’identification des immigrants, d’interprètes, d’urgentistes ou d’experts en évaluation des risques. De plus, elles porteraient un brassard européen sur leur uniforme national. La proposition de Bruxelles vise à créer une réglementation pour que les polices nationales, qui ont la responsabilité des contrôles aux frontières, puissent déléguer leurs pouvoirs. Cette dernière sera présentée lundi aux ministres de l’Intérieur de l’U.E. et nécessitera également l’accord du Parlement européen. Elle Permettrait de rendre plus facile les opérations de Frontex comme celle qui se met lentement en place aux îles Canaries actuellement. Depuis le début de l’année, plus de 10.000 émigrants y sont arrivés par mer. Au vu des conséquences désastreuses que représente une arrivée si massive de population, le plan Frontex ne serait pas de trop pour avoir un meilleur contrôle de la situation. Ce dernier consiste d’une part en une assistance technique pour identifier les émigrants et aider l’Espagne à les rapatrier, et d’autre part en une surveillance des bateaux au large du Sénégal et de la Mauritanie avec des patrouilleurs et des moyens aériens. Selon M. Frattini, quatre navires et deux avions sont sur place et l’opération devrait démarrer rapidement et durer jusqu’à fin septembre.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc