×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

IAM veut simplifier son recouvrement

Par L'Economiste | Edition N°:444 Le 16/02/1999 | Partager

Itissalat Al Maghrib a généralisé son deal avec toutes les banques pour le paiement de redevances téléphoniques. L'opérateur institue aussi un département "Banques" dans son organisation pour ne pas rater le coche de l'arrivée du commerce électronique.


Itissalat Al Maghrib (IAM) vient de rendre publique une convention signée avec les banques relative au règlement des redevances téléphoniques par prélèvement automatique. Pour ne pas faire des jaloux, elle a tenu à associer la totalité des établissements de la place de Casablanca: le groupe Banque Populaire (BCP), BMCE Bank, la Banque Commerciale du Maroc (BCM), le Crédit Agricole (CNCA), la Banque Marocaine pour le Commerce et l'Industrie (BMCI), le Crédit du Maroc, Wafabank, le Crédit Immobilier et Hôtelier (CIH), la Société Générale (SGMB), la Société Marocaine de Dépôts et de Crédits (SMDC), la Banque Nationale pour le Développement Economique (BNDE), l'Union Marocaine des Banques, Argentaria, Arab Bank, ABN Amro, et Citibank. Le client donne un ordre de virement permanent au profit d'IAM pour le paiement de sa note de téléphone. Valeur aujourd'hui, l'opérateur public encaisse 24% de son chiffre d'affaires annuel par le canal bancaire, soit un montant de 1,68 milliard de DH.

Les files d'attente terminées?


Sur les 1,5 million d'abonnés du téléphone, seuls 160.000 (y compris les entreprises) à avoir choisi de payer leurs notes par virement bancaire, soit près de 11% du parc total. Un chiffre en dessous du taux de bancarisation du pays que les experts évaluent à 18-20%. Si la mayonnaise tient, c'est-à-dire si la clientèle, surtout celle des particuliers, suit, Itissalat Al Maghrib pourrait réaliser des économies en grignotant sur ses coûts de recouvrement de créances, mais également sur les commissions, voire à terme, les redevances qu'elle verse à Barid Al Maghrib en échange de l'utilisation du réseau des agences de la Poste. Pour les clients, le paiement de la facture du téléphone par prélèvement automatique (pourvu qu'il y ait une provision dans le compte) présente plus d'une commodité. Ils échapperaient ainsi à la pénalité de remise en service de la ligne de 50 DH (instituée par IAM sans prévenir sa clientèle) en cas de retard de paiement. Une polémique existe d'ailleurs autour de cette pénalité, notamment pour ceux qui paient la redevance par chèque. On ne sait toujours pas si c'est la date de remise du chèque qui est considérée comme celle du paiement ou la date de valeur. De cette précision dépend aussi l'application de cette pénalité.

A cela s'ajoutent les désagréments dus aux interminables files d'attente dans les agences commerciales et les bureaux de poste. Des embouteillages mal vécus par les clients et qui contribuent à l'impopularité de l'opérateur du téléphone. IAM aura peut-être plus de chance avec sa nouvelle formule, celle qui consiste à déposer un chèque barré libellé en son nom dans une simple boîte aux lettres, plus souple et déjà apprécié par les clients.
A la Direction de l'opérateur à Hay Riad à Rabat, il est indiqué que l'objectif de la convention signée avec le secteur bancaire va bien au-delà de la simplification du recouvrement. L'opérateur veut anticiper l'extension de l'utilisation de la monétique dans les transactions commerciales et financières. Il ne faut donc pas qu'il rate le coche du commerce électronique. Un Département Banques est d'ailleurs créé dans la structure de l'entreprise avec pour mission "d'apporter une solution globale, informatique, télécoms et multimédia au secteur bancaire". En attendant, IAM annonce la mise en place d'une plate-forme électronique à titre d'opération pilote, permettant d'acheter les produits et services.

Abashi SHAMAMBA

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc