×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Harmonisation des diplômes: Un processus périlleux

Par L'Economiste | Edition N°:1785 Le 08/06/2004 | Partager

Malgré un processus d’harmonisation très volontariste lancé en 1998, la concrétisation d’un diplôme européen pour les 15 millions d’étudiants de l’Union, n’est pas pour demain.Les printemps 2002 et 2003 ont été marqués par des manifestations étudiantes dans plusieurs pays européens, dont la Grande-Bretagne, l’Autriche, l’Allemagne, et la France. Les causes étaient liées à l’augmentation des frais de scolarité induite des réformes engagées par ces pays. Certains craignaient aussi une sélection accrue, qui mettrait un terme à la tradition universitaire européenne. Pourtant, l’augmentation des frais de scolarité ne fait pas partie officiellement du processus d’harmonisation européenne des diplômes, lancé en 1998 par quatre ministres européens de l’Education à la Sorbonne à Paris pour contrer l’attrait des campus américains, et adopté en 1999 à Bologne en Italie. Selon l’architecture “harmonisée” des diplômes, dite 3-5-8 dans certains endroits ou LMD dans d’autres, les diplômes qui font référence dans l’UE devraient désormais s’inscrire autour de trois grands niveaux: licence, master, doctorat, soit trois, cinq et huit ans après la fin des études secondaires. Ce projet nécessite beaucoup d’ajustements nationaux, entre les pays où un master pouvait être fait en quatre ans, comme la Grande-Bretagne, et ceux où un étudiant pouvait rester en doctorat une bonne partie de sa vie. Les nouveaux diplômes se construisent sur la base de “crédits” cumulables. Un étudiant ayant acquis sa licence à Montpellier (France) sera bientôt censé pouvoir entamer un master à Cambridge (Grande-Bretagne) plus facilement qu’avec l’ancien et pesant système des équivalences. Depuis Bologne, le processus s’est élargi à plus de 30 pays européens, lors des conférences de Prague en 2001 et de Berlin en septembre 2003. La prochaine est prévue en 2005 à Bergen (Suède).Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc