×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Politique

Ehud Barak: "Israël se retirera du Liban dans un an"
Par L'Economiste | Edition N°:511 Le 20/05/1999 | Partager

· Pour le nouveau Premier ministre, Israël ne retournera pas à ses frontières de 1967

· Une commission militaire israélo-syro-libanaise devra se réunir pour discuter des modalités du retrait du Liban

Les projecteurs sont braqués sur M. Ehud Barak, le nouveau Premier ministre israélien. Juifs et arabes guettent toute nouvelle déclaration concernant notamment le retrait israélien du Golan. Au soir de sa victoire, M. Barak avait affirmé qu'Israël ne retournerait pas à ses frontières de 1967. Ce qui laisse entendre que le plateau stratégique du Golan ne sera pas entièrement restitué à la Syrie. Il a par contre promis de respecter sa promesse électorale de retirer l'armée israélienne du Sud Liban dans un délai d'un an. Un tel retrait serait lié à une relance des négociations avec la Syrie. Damas, qui fait de la restitution du Golan un préalable à toute paix avec Israël, a déjà fait savoir à M. Barak qu'il devrait procéder à des "changements radicaux". En d'autres termes, rendre des territoires contre la paix.

Vague promesse


La Syrie affirme que l'ancien gouvernement travailliste de M. Shimon Peres s'était engagé oralement à se retirer du Golan jusqu'aux frontières de 1967. Chose que les responsables travaillistes nient. M. Netanyahu ne s'estimait pas engagé par cet accord supposé de ses prédécesseurs. M. Barak s'en est tenu jusque-là à la vague promesse selon laquelle "la profondeur du retrait sera de l'ampleur de la paix".
Une chose cependant est sûre, les prémisses d'un retrait israélien du Liban n'ont jamais été aussi fortes qu'aujourd'hui. Un plan a été même élaboré par le nouveau Premier ministre. Ses grandes lignes ont été publiées jeudi dernier par un quotidien israélien. Ainsi, dans un premier temps, Israël doit annoncer son intention de reprendre les négociations avec Damas en employant une formulation qui répondrait, au moins en partie, aux exigences syriennes.
Une fois ces négociations avancées, une commission militaire israélo-syro-libanaise devra se réunir pour discuter des modalités du retrait militaire israélien du Sud Liban. Elle examinera également la question du redéploiement de l'armée libanaise le long de la frontière internationale, de la mise en place d'une force-tampon internationale et de la protection des miliciens de l'Armée du Liban Sud. Lorsque les négociations sur le Golan entreront dans leur phase finale, l'armée israélienne se retirera et une force internationale sera déployée du côté libanais de la frontière.
Un accord avec la Syrie sur le Golan sera complété par un accord militaire israélo-libanais sur la sécurité de la frontière. "J'ai bien l'intention de sortir l'armée en un an du Liban après la reprise des négociations avec la Syrie, mais je ne peux pas m'engager à une date", a déclaré M. Barak.


Changement, unité et espoir


Le Premier ministre israélien élu Ehud Barak a annoncé qu'il se réservait le portefeuille de la Défense afin d'assurer la coordination entre le gouvernement et l'armée dans les négociations de paix avec les arabes.
Dans une interview publiée jeudi par le quotidien Haaretz, M. Barak explique qu'il a l'intention de relancer le processus de paix et que dans cet objectif il souhaite établir "un gouvernement s'appuyant sur une large coalition pour apporter à Israël le changement, l'unité et l'espoir".

Adil BOUKHIMA (AFP)

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc