×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Dossier Transports

ONT: Divorce entre le pôle commercial et le service public
Par L'Economiste | Edition N°:510 Le 19/05/1999 | Partager

· Nouveaux services: Stations multimodales et une bourse de fret
· Informatisation du réseau d'agences
· Accompagner la mise à niveau des opérateurs


L'Office National des Transports (ONT), l'organisme dont la vocation est en principe de réguler l'offre et la demande du transport de marchandises, s'apprête à affronter la démonopolisation de l'affrètement. Décrié parfois pour l'opacité de sa gestion, l'affréteur unique deviendra une entreprise dont l'avenir dépend de sa capacité à s'adapter à son nouveau environnement. Son état-major compte beaucoup sur l'expérience acquise (60 ans) pour préserver ses parts de marché, sinon les améliorer, du moins pour la partie fret direct. L'ONT gardera également, selon le projet de loi portant sur la réforme du secteur, la gestion du parc automobile de l'Etat.
Il sera amené à appuyer la réforme et la professionnalisation du transport de marchandises, dans la mesure où il accompagnera les transporteurs dans leur stratégie de mise à niveau. Un rôle sur lequel insiste M. Ahmed El Yousfi, directeur général de l'Office.
L'ONT est appelé également à assurer de nouvelles prestations, notamment en ce qui concerne les charges complètes, le groupage, la manutention et le conseil en logistique. C'est une mutation culturelle que doit opérer cet établissement qui a encore des réflexes d'une administration publique devenue en fin de compte une organisation commerciale.
Au niveau du transport à l'international, l'offre du Maroc à ce niveau est difficiente, note M. El Yousfi. L'objectif est d'encourager des opérateurs nationaux à s'investir dans ce segment à travers des projets de partenariat.

Autonomie des agences


Pour assurer ce passage d'affréteur unique à celui de logisticien (organisateur d'opérations de transport et de prestations logistiques au profit des chargeurs), l'ONT a commencé par intégrer une division des activités commerciales à celles liées au service public.
Le redéploiement de l'effectif figure aussi sur le programme de restructuration. Objectif: optimiser sa rentabilité. Un plan de formation est déjà lancé afin que les salariés assimilent la nouvelle mission de l'Office. Les agences disposeront dans le futur d'une autonomie pour négocier les conditions commerciales. L'outil informatique sera généralisé afin de gagner du temps en matière d'accès à l'information pour traiter avec diligence les demandes des clients. Pour l'heure, une dizaine d'agences sont informatisées. Une quinzaine sont en cours de branchement.
L'Office va procéder à des investissements pour soutenir son plan commercial. Il s'agit de la mise en place de plates-formes multimodales en partenariat avec des opérateurs nationaux et étrangers. Ces stations serviront d'interface entre les différents modes de transport, (ferroviaire, routier et maritime). Installées à Casablanca, Tanger et Agadir, ces stations comprennent entre autres des entrepôts, des moyens de communication, des locaux de douane et des services de manutention de remorques. Le coût d'un projet de cette taille s'élève à 400 millions de DH.
Le montage d'une bourse de fret national est également sur la liste des projets de développement de l'Office. La mission de cette bourse sera d'assurer la transparence au niveau du transport pour les transporteurs et les chargeurs. Le coût de cette opération tourne autour de 4 à 5 millions de DH. Consultée par voie électronique, elle facilitera la rencontre entre l'offre et la demande. L'ONT envisage par ailleurs d'acquérir de nouveaux moyens de transport dont ne dispose pas le parc national, comme les remorques frigorifiques dont une trentaine de remorques sont prévues à court terme. L'investissement global de l'Office s'inscrit dans le Plan quinquennal. La première tranche de l'ordre de 94 millions de DH a été attribuée au titre de l'exercice 1999/2000.
La stratégie commerciale de l'ONT sera tournée essentiellement vers la diversification des prestations. Il s'agit de nouveaux services exigés de plus en plus par la clientèle, notamment le groupage, la manutention, l'emballage, indique M. El Yousfi. Pour assurer ces prestations, des contrats de collaboration avec des grandes entreprises sont à l'étude. Pour assurer sa transition vers une entreprise commerciale, l'ONT compte beaucoup sur l'intervention de l'Etat pour veiller à l'instauration des conditions de concurrence loyale entre les opérateurs.


Des chiffres


Pour 1998, le chiffre d'affaires de l'ONT a atteint 1,6 milliard de DH. L'Office emploie 120 personnes et dispose d'un réseau d'une soixantaine d'agences. Son objectif est d'assurer son autofinancement et stabiliser son chiffre d'affaires durant les deux ou trois premières années de sa transition.

Mohamed DOUYEB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc