×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Dossiers

    Dossier Transports

    Les freight forwarders: Protéger le pavillon marocain
    Par L'Economiste | Edition N°:510 Le 19/05/1999 | Partager

    · La profession demande une réglementation d'accès au métier
    · Moyen souhaité: Un cahier des charges rigoureux


    "Ce ne sont pas moins de huit compagnies étrangères qui se sont installées dans le créneau des freight forwaders en 1998". Si le président de la toute récente Association des Freight Forwaders du Maroc (AFFM), M. Ahmed Zine, en voit là un signe du potentiel de ce créneau, il n'en demeure pas moins préoccupé par "l'envahissement" par les multinationales étrangères de l'espace marocain. Pour lui, cette situation est le résultat de deux facteurs concomitants. Il s'agit du manque d'organisation des opérateurs, mais aussi de l'absence de cadre juridique qui régit les intervenants dans ce secteur. Du coup, aucune barrière à l'entrée n'est perceptible, est-il souligné. "Il suffit de déposer le certificat négatif pour se voir accorder un titre de freight forwaders", ironise M. Zine.
    Aujourd'hui, les organisateurs marocains de transport ne veulent plus percevoir cette situation comme une fatalité. La création de l'AFFM(1) s'inscrit d'ailleurs dans cet objectif. A l'instar de leurs confrères français ou espagnols, les freight forwarders marocains veulent que l'accès à cette activité ne soit plus arbitraire. Et c'est un véritable lobbying qu'ils comptent déployer auprès des pouvoirs publics afin de mettre en place un cahier des charges qui régisse l'accès au métier. Une réunion entre les membres de l'Association est d'ailleurs prévue pour le 27 mai afin de mettre au point un plan d'action. "Notre souhait est de soumettre aux Ministères du Transport et des Finances un projet de loi dispensant les importateurs qui paient en FOB au Maroc des droits et taxes sur le fret", indique M. Zine. Et d'ajouter: "Nous avons d'ores et déjà le soutien de tous les partenaires aussi bien gouvernementaux que les associations d'armateurs".
    En fait, l'objectif de ce cahier des charges est de protéger le pavillon marocain. Reste que la globalisation, elle, envahit toute la planète, et il n'y a pas de raison pour qu'elle exclut le Maroc. C'est cela aussi le revers de la mondialisation.

    Hassan BOUCHACHIA

    (1) L'assemblée constitutive de l'AFFM s'est tenue le 5 décembre 1998 à Casablanca.


    Le métier ailleurs


    Gérer l'importation (ou l'exportation) de marchandises, depuis leur site de production jusqu'à leur arrivée chez le client (ou le fournisseur). Telle est la mission des freight forwarders. Cette dénomination outre-Atlantique (Etats-Unis) adoptée par les opérateurs marocains se veut différente de celle de leurs collègues français: Fédération des entreprises de Transport et Logistique de France (FTL). Toutefois, si l'AFFM n'a pas opté pour la même appellation que leurs confrères français, elle ambitionne néanmoins de mettre en place les mêmes conditions "draconiennes" pour l'implantation des opérateurs dans ce créneau. A rappeler qu'en France tout nouvel "organisateur de transport" doit valider de cinq années d'expérience professionnelle. Il doit en outre être sanctionné par un diplôme supérieur d'études juridiques, commerciales... De plus, il doit prouver sa capacité financière par la présentation d'une attestation établie et certifiée par un organisme financier. Les promoteurs espagnols, quant à eux, se voient dans l'obligation de constituer une caution de 18 millions de Pesetas (près de 1,13 million de DH) auprès de la maison mère de l'entreprise et de 8 millions de Pesetas (près de 504.000 DH) pour chacune des succursales.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc